Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Sans-cravates ou sans-culottes ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#StopDjihadisme

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Timbuktu" et "Saint Laurent" en lice pour le César du meilleur film

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : qui sont les manifestants du mouvement "Pegida"?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

"L'émirat jihadiste" d'une prison libanaise et des enfants en lutte pour leur cours de récré

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Terrorisme : qui est Sajida al-Rishawi ?

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Syriza en Grèce, un test pour l'Europe

En savoir plus

L'Argentine conserve son titre en football

Dernière modification : 07/10/2008

L'Argentine, championne olympique en titre, a remporté la médaille d'or du tournoi olympique de football en battant le Nigeria en finale 1 à 0. Le but est signé di Maria, qui a marqué suite à une passe décisive de Messi.

 

L'Argentine est parvenue à conserver son titre de championne olympique de football, sous une chaleur accablante, en prenant sa revanche (1-0) contre le Nigeria - qui l'avait battue en 1996 -, sur un but de di Maria et une passe décisive de Messi, samedi au "Nid d'oiseau" de Pékin.
  
Les Africains, qui s'étaient imposés en finale à Atlanta (3-2), glanent leur seconde médaille olympique. Le bronze était revenu la veille au Brésil, facile vainqueur de la Belgique (3-0).
  
L'histoire bégaie en revanche pour la génération Messi, sacrée championne du monde des moins de 20 ans en 2005 après avoir battu successivement le Brésil puis le Nigeria (2-1)...
  
Que ce fut chaud! Mais pas sur le plan du jeu, plutôt tiède. La faute à un fond de l'air effrayant, près de 35°C sans l'once d'une brise. De quoi s'interroger sur la programmation d'une finale de football un 23 août à Pékin, à midi (04h00 GMT), c'est-à-dire aux aurores en Europe et en Afrique, et au beau milieu de la nuit aux Amériques...
  
L'arbitre lui-même prit l'initiative rare d'inviter les protagonistes à se désaltérer par deux fois (30, 70), profitant d'un arrêt de jeu. Comme dans les temps morts du hand, les entraîneurs en profitaient pour remobiliser leurs troupes.
  
De la volonté, il y en eut pourtant. Présents dans les duels, proposant un jeu construit autour des milieux offensifs Isaac et Obinna, les vagues vertes nigérianes déferlaient sans mollir.
  

Montée en puissance de Messi
  
La charnière argentine Garay-Pareja tenant bon, les Africains se faufilaient sur les côtés et se procuraient ainsi les meilleures occasions, avec un nombre incalculables de centres. Okonkwo, Adeleye, Kaita et Ajilore, débordant d'énergie et sur les ailes, étaient au service mais la réception demeurait déficiente: Obinna et surtout Odemnwingie manquaient invariablement les offrandes. Quand ce n'était pas le gardien Romero qui s'interposait, comme sur ce ballon filant vers son soupirail (85).
  
Volontaire, di Maria le fut aussi. L'ailier argentin était récompensé de son activité incessante sur le front offensif par le but de la victoire (58), lorsqu'il conclut d'une frappe piquée-lobée une course depuis le milieu de terrain sur une passe de Messi.
  
Ce dernier, probable meilleur joueur du tournoi, eut du mal à rentrer dans son match, entre des pertes de balle, une imprécision inhabituelle et la surveillance de ses cerbères. Samson Siasia, le sélectionneur nigérian, avait mis en garde ses hommes: "Défendre contre Messi sera notre plus grande tâche".
  
Seulement, le but de di Maria contraignait les Aigles à s'envoler vers l'attaque, libérant ainsi des espaces que Messi fit siens. Le grand joueur et avec lui le spectacle étaient revenus. Il mettait en orbite Agüero, qui tirait au-dessus (75), puis partait seul au but, mais Apam effectuait le tacle parfait (78). Des tirs nigérians frôlant le montant de Romero ponctuaient une fin de partie haletante.
  
Mascherano, unique rescapé de l'épopée athénienne, devient le premier joueur avec deux médailles d'or. Mais le dernier mot revient à di Maria, qui s'était émerveillé après la gifle infligée au Brésil: "Que demander de plus? J'ai gagné ma place, je joue bien en ce moment et nous venons de signer une victoire historique. Il n'y a pas grand-chose à ajouter, n'est-ce pas?" Juste un but en finale.
  

Première publication : 23/08/2008

COMMENTAIRE(S)