Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

Les États-Unis l'emportent, comme au bon vieux temps

Dernière modification : 24/08/2008

L'équipe des États-Unis de basket-ball, avec toutes ses stars de la NBA, a renoué avec le titre olympique qui lui avait échappée en 2004. La "Dream Team" version 2008 a battu une valeureuse équipe espagnole 118-107 en finale.



PEKIN - Les Américains ont remporté dimanche le tournoi olympique de basket-ball aux Jeux de Pékin en venant à bout en finale de l'Espagne 118-107 après une farouche bataille.

Les Espagnols, champions du monde en titre, doivent se contenter de la médaille d'argent au terme d'un match qui a atteint des sommets d'intensité et d'adresse.
"Les Etats-Unis sont de retour au sommet", a déclaré LeBron James. "Les Espagnols méritent tout notre respect. Ils ont été incroyables. Nous avions prévu un plan de jeu mais ils ont su le contrer avec des superbes actions."

"La partie n'a jamais été pliée. Le match restera dans l'histoire comme un des plus grands."

Les Etats-Unis terminent la rencontre avec 60 % de réussite au tir dont un bon 13 sur 28 à trois points. Les Espagnols ont validé 50 % de leurs tirs.

Le match est parti sur des bases élevées avec 69 points marqués dans le premier quart temps.
Un premier panier à trois points de LeBron James puis un panier plus une faute obtenue par Pau Gasol en moins de quarante secondes ont donné le ton. La premier quart temps s'est terminé sur un avantage de sept points en faveur des Etats-Unis, 38-31. L'Espagne a eu du mal dans les dernières minutes à tenir le rythme offensif.

Les champions du monde ont ensuite fait jeu égal ou presque dans tous les quarts temps.
A chaque fois, ils sont revenus au score en début de période. Juan-Carlos Navarro, Ruby Fernandez et le jeune Ricky Rubio, 17 ans, se sont mis en évidence dans ces temps forts ibériques.

Mais les Etats-Unis ont toujours repris le large en fin de période pour faire évoluer leur avance à +8 à la pause et à +9 avant le dernier quart temps.



"COACH K" A TROUVÉ LA RECETTE

L'Espagne a encore eu un sursaut d'orgueil en fin de match revenant à deux points des Etats-Unis, 91-89, à huit minutes de la sirène. Mais les Américains ont une nouvelle fois su accélérer dans le sillage d'un Kobe Bryant intenable.

Bryant portait le coup décisif aux espoirs espagnols à trois minutes et 10 secondes de la fin en marquant un panier à trois points avec un lancer franc en prime, faisant passer le score de 104-99 à 108-99.

"Ce que vous avez vu aujourd'hui était une équipe, a expliqué Kobe Bryant. Tout le monde parle de l'arrogance des joueurs de NBA mais vous nous avez vu faire face à l'adversité et rebondir ensemble."

Battue, l'Espagne a été digne de son rang en opposant une résistance de tous les instants aux Etats-Unis. "Nous pouvons êtes fiers de ce que nous avons accompli. Nous avons joué un match dur, sans jamais renoncer", a apprécié Pau Gasol.

Les Américains décrochent une médaille d'or aboutie, loin des succès faciles de 1992, 1996 ou encore 2000 à Sydney, le dernier titre international des Etats-Unis.

A Athènes il y a quatre ans, les Américains n'avaient pu faire mieux que troisièmes, battus par l'Argentine en demie. Cette victoire valide la nouvelle politique américaine. En 2005, un entraîneur issu du basket-ball universitaire, Mike Krzyewski, avait été désigné sélectionneur.

Il avait pour mission de transformer l'addition de stars de la NBA en véritable équipe. C'est collectivement que l'équipe américaine s'était retrouvée mise en échec par les Européens et les Argentins depuis 2000. Mission accomplie pour "Coach K".

Les Argentins, champions olympiques en titre, ont décroché la médaille de bronze sans Manu Ginobili, blessé, en battant la Lituanie 87-75.

Première publication : 24/08/2008

COMMENTAIRE(S)