Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

Dix islamistes armés tués dans l'ouest de l'Algérie

Dernière modification : 30/08/2008

L'armée algérienne a tué dix islamistes armés lors d'une opération menée dans l'ouest du pays, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Depuis le mois d'août, l'Algérie est confrontée à une recrudescence des violences terroristes.

Retrouvez le débat de FRANCE 24 : Algérie, un été sanglant.

 

 

 

Dix islamistes armés ont été tués dimanche par l'armée algérienne lors d'une opération dans la commune de Tarek Ibn Ziad, dans le département d'Aïn Defla, à 150 km à l'ouest d'Alger, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Cinq pistolets mitrailleurs automatiques Kalachnikov, quatre fusils semi-automatiques et un fusil lance grenades ont été récupérés au cours de cette opération de l'armée, a ajouté le ministère.

Douze islamistes armés avaient été tués par l'armée durant la nuit du 7 au 8 août à Tizi Ouzou en Kabylie, en représailles à une attaque kamikaze perpétrée le 3 août contre le commissariat des renseignements généraux de Tizi Ouzou qui avait fait 25 blessés.

L'Algérie a vécu du 14 au 20 août une semaine sanglante, jalonnée d'embuscades et d'attentats suicide revendiqués par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), qui ont fait plus de 70 morts et plusieurs dizaines de blessés.

Mardi matin, deux voitures piégées avaient explosé au centre de Bouira (120 km au sud-est d'Alger) faisant 12 morts et 42 blessés, selon un bilan de la radio algérienne.

La première voiture avait visé un bus transportant des employés algériens du groupe canadien SNC-Lavalin, qui était stationné à proximité de l'hôtel Sophie. La seconde bombe avait explosé devant le siège du secteur militaire de cette ville, faisant partie d'un "quadrilatère de la mort" formé d'Alger, Bouira, Tizi Ouzou et Boumerdès, adossé à la Kabylie.

Lundi matin, une attaque suicide avait fait 48 morts et plus de 40 blessés devant l'école de gendarmerie des Issers, à 60 km à l'est d'Alger, selon un bilan officiel. C'est l'attentat le plus meurtrier enregistré en Algérie depuis le 11 décembre 2007, lorsque deux édifices publics, dont le siège du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), situés dans des quartiers sécurisés, ont été visés par deux attaques suicides faisant 41 morts et plusieurs dizaines de blessés.

Le 17 août, des groupes armés islamistes avaient tendu une embuscade à un convoi des forces de l'ordre à Skikda (500 km est d'Alger), dans laquelle huit policiers, trois militaires et un civil avaient été tués. Une dizaine de membres des forces de l'ordre avaient également été blessés, selon la presse.

Les forces de l'ordre avaient abattu quatre islamistes dans l'accrochage survenu après cette embuscade, selon la même source.

Le 14 août, le commandant du secteur militaire de Jijel avait été tué dans une autre embuscade dans la zone montagneuse surplombant la ville, à 350 km à l'est d'Alger.

Des sources non-officielles estiment de 300 à 400 le nombre d'islamistes armés, encore disséminés à travers le territoire.

Au lendemain de ces attentats, le gouvernement algérien avait réaffirmé sa détermination à "combattre le terrorisme, jusqu'a son élimination totale".

 

Première publication : 24/08/2008

COMMENTAIRE(S)