Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Kouchner rencontre le président syrien Bachar al-Assad

Dernière modification : 26/08/2008

Le chef de la diplomatie française est arrivé lundi à Damas. Il y a rencontré le président Bachar al-Assad et a annoncé qu'un échange d'ambassadeurs entre la Syrie et le Liban aurait lieu "avant fin 2008".

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, en visite à Damas, a annoncé lundi que la Syrie et le Liban échangeront des ambassadeurs "avant fin 2008", après un entretien avec le président syrien Bachar al-Assad.
   
"J'ai constaté la bonne volonté de continuer ce processus (de normalisation au Liban) avec une date pour l'échange d'ambassadeurs qui est avant la fin de l'année. J'en suis heureux", a déclaré M. Kouchner lors d'une conférence de presse avec son homologue syrien Walid Mouallem.
   
La visite de M. Kouchner, la première d'un membre du gouvernement français depuis le gel des contacts de haut niveau avec Damas en 2005, intervient après l'annonce le 13 août par la Syrie et le Liban de leur décision de nouer des relations diplomatiques et d'échanger des ambassadeurs pour la première fois.
   
Les deux pays n'entretiennent pas de relations diplomatiques depuis la proclamation de leurs indépendances il y a plus de soixante ans, à la fin du mandat français.
   
M. Kouchner s'est dit cependant "plus malheureux" concernant certains points au Liban dont il a "parlé avec le président Assad".
   
Le ministre français a évoqué "la situation à Tripoli", dans le nord du Liban, théâtre de violences meurtrières et qui "risque d'être dangereuse et d'éclater".
   
"Il y a aussi le problème du Hezbollah (auquel) nous sommes très attentifs, et le problème des discours du côté israélien comme du côté libanais", a poursuivi M. Kouchner en allusion au discours du chef du mouvement chiite libanais Hassan Nasrallah dimanche à Beyrouth.
   
Hassan Nasrallah avait menacé de "détruire" l'Etat d'Israël si ce pays mettait à exécution ses menaces de s'attaquer aux infrastructures civiles du Liban en cas de nouveau conflit avec le Hezbollah.
   
"Tout ça fait problème, mais (...) je pense que ça va un peu mieux" au Liban, a estimé M. Kouchner.
   
Toutes ces questions seront "précisées" lors de la visite du président Nicolas Sarkozy à Damas, prévue début septembre, a-t-il dit.
   
"Nous l'avions promis (...) dès lors que la situation au Liban aurait été meilleure, que l'élection du président libanais aurait été possible et voilà que maintenant nous ouvrons une nouvelle ère des relations entre la Syrie et la France", a indiqué M. Kouchner.
   
M. Kouchner, qui venait de Beyrouth, a affirmé que "les chose politiquement vont mieux au Liban. Je suis heureux que les nouvelles dispositions de la Syrie aillent dans ce sens".
   
Pour sa part, M. Mouallem s'est félicité que les relations entre la Syrie et la France "retournent à leur état normal".
   
Le ministre syrien a appelé la France à jouer "un rôle qui redonne confiance aux peuples de la région. Nous tendons la main à la France pour qu'elle joue un rôle privilégié au Proche-Orient (...) qui encourage la sécurité et la stabilité".
   
M. Kouchner est arrivé en début d'après-midi à Damas pour préparer la visite de M. Sarkozy. Celle-ci avait été annoncée pour septembre à l'issue d'un entretien du dirigeant français avec son homologue syrien, le 12 juillet à Paris, lors du sommet de lancement de l'Union pour la Méditerranée.
   
La Syrie a été isolée par la communauté internationale pendant plusieurs années en raison de son rôle prêté par les Occidentaux dans les troubles au Liban.
   
La France veut désormais encourager la "bonne volonté" syrienne, manifestée selon elle à l'occasion de l'élection du président libanais en mai et par la reprise des négociations indirectes entre Damas et Israël.

Première publication : 25/08/2008

COMMENTAIRE(S)