Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

La cinéaste Randa Chahal Sabbag s'est éteinte à Paris

Dernière modification : 26/08/2008

La réalisatrice libanaise Randa Chahal Sabbag est décédée des suites d'un cancer à l'âge de 54 ans, lundi à Paris. Cinéaste engagée, elle avait reçu le Lion d'argent à la Mostra de Venise en 2003 pour son film "Le cerf-volant".

La réalisatrice libanaise Randa Chahal Sabbag, qui avait reçu le Lion d'argent à la Mostra de Venise en 2003 pour son film "Le cerf-volant", est décédée des suites d'un cancer à l'âge de 54 ans, lundi à Paris où elle résidait, a-t-on appris mardi auprès de sa famille.

 

Les guerres et les tragédies qu'a vécues le Liban ont nourri l'oeuvre de Mme Chahal Sabbag. "Le cerf-volant", qui était son troisième long métrage, racontait l'histoire d'un amour impossible entre une Juliette libanaise et son Roméo, garde-frontière druze sous drapeau israélien.

 

Son deuxième long métrage de fiction, "Civilisées", qui avait pour cadre le Beyrouth de 1980 dévasté par la guerre civile et évoquait le sort de domestiques abandonnés par leurs employeurs, faisait lui aussi partie de la sélection du Festival de Venise, en 1999.

 

Ce film, dans lequel l'humour noir côtoyait la tragédie, avait été victime de la censure au Liban où la Sûreté générale avait réclamé une coupe de 47 minutes sur 97. L'équipe du film avait fait l'objet de menaces d'intégristes musulmans.

 

"Je voulais faire des comédies, mais je suis née dans une région tragique. Pourtant, si on ne dit pas les choses dramatiques avec un peu d'humour, ça ne passera pas", avait expliqué Randa Chahal Sabbag lors de la présentation du "Cerf-volant" à la Mostra.

 

Elle était une habituée de ce festival puisque son premier long métrage de fiction, "Ecrans de sable", y avait lui aussi été présenté, en 1991.

 

Elle était également l'auteur de plusieurs documentaires: "Pas à Pas" (1978), consacré à la guerre civile au Liban, "Cheikh Imam" (1984), sur un chanteur égyptien, "Nos guerres imprudentes" (1995) et "Souha, survivre à l'enfer" (2000).

 

Mme Chahal Sabbag avait également signé le téléfilm "Les Infidèles" en 1997 et le court métrage "Liban d'autrefois" en 1980.
 

Née en 1953 à Tripoli, dans une famille sunnite, de parents marxistes, Randa Chahal Sabbag était arrivée en France dans les années 70, où elle avait étudié le cinéma à l'Ecole nationale Louis Lumière.

 

En octobre 2003, après le Lion d'argent remporté à Venise, elle avait été décorée dans l'ordre du Cèdre par le gouvernement libanais.

Première publication : 26/08/2008

COMMENTAIRE(S)