Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#StopDjihadisme

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Timbuktu" et "Saint Laurent" en lice pour le César du meilleur film

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : qui sont les manifestants du mouvement "Pegida"?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

"L'émirat jihadiste" d'une prison libanaise et des enfants en lutte pour leur cours de récré

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Terrorisme : qui est Sajida al-Rishawi ?

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Syriza en Grèce, un test pour l'Europe

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile japonaise réclame la libération de Kenji Goto

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : Kobané reprise par les Kurdes, un symbole fragile ?

En savoir plus

La crainte d'une récession fait chuter l'euro

Dernière modification : 26/08/2008

L'euro a atteint son plus bas niveau face au dollar en six mois, passant sous la barre des 1,47 dollar à l'ouverture des marchés asiatiques. La crainte d'une récession dans la zone euro explique en partie cette baisse.

L'euro a trébuché face au dollar et au yen sur les marchés asiatiques mardi, sur fond d'inquiétudes à propos de la santé des économies de la zone euro et du conflit géorgien, ont indiqué les opérateurs.
 

Vers 06H00 GMT (08H00 à Paris), l'euro passait sous la barre de 1,47 dollar, à 1,4689 dollar contre 1,4751 dollar lundi vers 21H00 GMT. Cela ne lui était pas arrivé depuis le 18 février 2008.
 

La devise européenne reculait plus légèrement face au yen, à 161,13 yens contre 161,25 yens lundi. Le dollar en revanche reprenait du terrain à la monnaie japonaise, à 109,69 yens, contre 109,31 yens la veille.

 
La monnaie unique s'est retrouvée sous la pression de spéculations prêtant à la Banque centrale européenne (BCE) des velléités de baisser ses taux dans les prochains mois pour stimuler une croissance économique amorphe, ont expliqué les analystes.

 
L'euro a également été plombé par les inquiétudes conséquentes à l'intervention militaire russe en Géorgie, a estimé Saburo Matsumoto, stratégiste en chef à la Sumitomo Trust Bank.

 
"Personnellement, je crois que l'euro est plus frappé (que les autres devises) par la querelle grandissante entre la Russie et les pays occidentaux à propos de la Géorgie", a-t-il confié.

 
La Russie est l'un des principaux fournisseurs d'énergie en Europe et la Géorgie un point de passage clé du pétrole brut et du gaz extrait en Azerbaïdjan vers les marchés occidentaux.

 
Le yen était relativement stable après la mobilisation de la veille, des inquiétudes renouvelées à propos du secteur financier américain incitant les spéculateurs à réduire les échanges risqués basés sur des crédits japonais bon marché.

  
Le marché était dans l'attente de la publication, dans la journée, des ventes de logements neufs aux Etats-Unis ainsi que celle du baromètre Gfk du moral des consommateurs allemands, première économie de la zone euro, ont rappelé les cambistes.

 
Les chiffres parus lundi sur les ventes immobilières aux Etats-Unis ont laissé entrevoir une perspective trouble pour ce secteur déjà en proie à la crise.

 
L'Association nationale des agents immobiliers a signalé une hausse de 3,1% des ventes d'immobilier ancien en juillet. Les ventes restaient toutefois 13,2% moins importantes qu'il y a un an.

 
La livre sterling subissait toujours le contrecoup de la publication vendredi des chiffres de la croissance en Grande-Bretagne, qui a été nulle au deuxième trimestre, la pire performance du royaume depuis seize ans.

 
Après être passée lors des échanges européens sous la barre symbolique de 1,85 dollar (1,8474 dollar exactement) pour la première fois en plus de deux ans, la livre s'y installait mardi en se situant à 1,8443 dollar. Elle restait presque stable face à la monnaie unique européenne, à 79,65 pence pour un euro.

 
La devise helvétique remontait face à l'euro, à 1,6157 franc suisse pour un euro, mais pas face à la monnaie américaine, à 1,0999 franc suisse pour un dollar.

Première publication : 26/08/2008

COMMENTAIRE(S)