Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

Des compléments diététiques dangereux

Dernière modification : 27/08/2008

Des compléments diététiques d'origine indienne, actuellement très en vogue sur Internet, contiendraient, une fois sur cinq, un taux trop élevé d'arsenic, de plomb ou de mercure, selon une étude réalisée par des médecins américains.

Un cinquième des produits de médecine ayurvédiques indiens et américains vendus via internet contiennent des taux excessifs de plomb, de mercure ou d'arsenic, selon une étude de médecins publiée mardi, ce qui plaide pour un renforcement de la réglementation des compléments diététiques.
 

"Depuis 1978, plus de 80 cas d'empoisonnement au plomb lié aux médecines ayurvédiques ont été signalés dans le monde", soulignent ces médecins dans leurs travaux parus dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) daté du 27 août.
 

Aux Etats-Unis comme en Europe, ces remèdes connaissent depuis plusieurs années une popularité grandissante, où ils sont vendus sur les marchés asiatiques, les boutiques de produits diététiques et via internet.

 
Cette médecine née en Inde il y a plus de 2.000 ans est pratiquée par 80% des Indiens. Elle se divise en deux grandes branches.

 
L'une est en principe strictement basée sur des plantes et la seconde, appelée Rasa Shastra, sur une pratique ancestrale consistant à délibérément combiner des plantes à des métaux, des minéraux ou des gemmes.

 
Les experts de la Rasa Shastra en Inde qui recourent au plomb et au mercure notamment affirment que cette médecine est thérapeutique et sans danger si elle est bien dosée et administrée.

 
L'étude conduite par des médecins de la faculté de médecine de l'université de Boston (BUSM) dans le Massachusetts (nord-est) a montré que tous les produits vendus contenant des substances métalliques excédaient une ou deux normes américaines de consommation quotidienne acceptable de métaux toxiques.

 
"Plusieurs produits de Rasa Shastra fabriqués en Inde pouvaient conduire à ingérer des doses de plomb et de mercure dépassant de cent à dix milles fois les limites acceptables", précise le Dr Robert Saper, le principal auteur de cette étude.

 
Il ajoute qu'il n'y pas d'estimation quant à la prévalence des métaux lourds (mercure, plomb, fer et zinc) dans les produits ayurvédiques vendus en ligne ainsi que le nombre fabriqués aux Etats-Unis.

 
Pour faire leur enquête, ces chercheurs ont identifié 25 sites internet qui offraient 673 produits médicinaux Ayurvédiques.

 
Ils en ont choisi au hasard et acheté 193 produits par 37 fabricants différents afin de les analyser.

 
Au total, 20,7% des ces médecines contenaient des taux détectables de plomb, de mercure et/ou d'arsenic, précisent-ils.

 
Les produits venant d'Inde et des Etats-Unis avaient la même probabilité de contenir des métaux toxiques, relèvent-ils.

 
Les médecines Rasa Shastra comparées à celles basées seulement sur les plantes présentaient deux fois plus de probabilités de contenir des métaux et avaient des concentrations plus élevées de plomb et de mercure. Ces métaux à doses excessives sont très nocifs.

 
Parmi les produits ayurvédiques contenant des métaux, 95% ont été vendus par des sites internet aux Etats-Unis. Sur ces sites, 75% affirmaient observer des méthodes de fabrication très contrôlées et tester la teneur en métaux lourds.

 
"Cette étude met en lumière le besoin pour le Congrès (américain) de réexaminer la réglementation des compléments diététiques aux Etats-Unis", juge le Dr Robert Saper.

 
L'Institut américain de médecine, une autorité indépendante, avait conclu en 2005 que "les mécanismes réglementaires pour contrôler la sûreté des compléments diététiques devraient être revus", rappelle ce médecin.

 
Il explique à l'AFP que les réglementations actuelles de la FDA, l'agence américaine des médicaments et des produits alimentaires, selon lesquelles les fabricants de ces produits diététiques devaient seulement garantir --sans avoir à le démontrer-- l'absence d'un risque déraisonnable, rendaient difficiles pour les autorités fédérales de protéger efficacement la santé publique.

Première publication : 27/08/2008

COMMENTAIRE(S)