Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Nicolas Sarkozy se rendra en Syrie début septembre

Dernière modification : 03/09/2008

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il se rendra en Syrie, les 3 et 4 septembre prochain. Cette visite, la première d'un chef d'État français depuis 2002, annonce un dégel des relations entre les deux pays.

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé mercredi, devant la Conférence des ambassadeurs à Paris, qu'il se rendrait en Syrie les 3 et 4 septembre, première visite de ce niveau après un gel de quatre ans entre Paris et Damas.
   
"Je me rendrai en Syrie les 3 et 4 septembre pour poursuivre" un "dialogue nécessaire" avec ce pays, a déclaré le chef de l'Etat.
   
Refusant que se poursuive "l'isolement" de la Syrie, M. Sarkozy a expliqué qu'il avait préféré s’engager "dans une autre voie, plus risquée c’est vrai, mais plus prometteuse : celle d’un dialogue dans la clarté débouchant sur des progrès tangibles".
   
L'ancien président Jacques Chirac avait décidé le gel des relations de haut niveau avec la Syrie après l'assassinat de son ami l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. La Syrie a été accusé d'être derrière cet attentat, ce qu'elle a toujours démenti.
   
La dernière visite d'un chef d'Etat français à Damas, celle du président Chirac, remonte à 2002.
   
Selon M. Sarkozy, les entretiens avec le président syrien Bachar Al Assad, le 12 juillet à Paris, ont 'permis d’enregistrer deux nouvelles avancées: l’annonce solennelle de l’établissement de relations diplomatiques, pour la première fois dans l’histoire de ces deux pays, entre Beyrouth et Damas", ainsi que "la décision de la Syrie de voir, le moment venu, la France co-parrainer avec les Etats-Unis la négociation directe syro-israélienne comme la mise en oeuvre de l’accord de paix qui en résultera, y compris pour les arrangements de sécurité".
   
"Là encore, la relation de confiance restaurée avec l’autre partenaire de la paix, Israël, comme avec les Etats-Unis, a joué un rôle majeur: c’est aussi parce que la Syrie sait que nous avons désormais les meilleurs rapports avec ces deux pays que Damas a voulu voir la France assumer, le moment venu, cette responsabilité sans précédent", a-t-il affirmé.

Première publication : 27/08/2008

COMMENTAIRE(S)