Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

Fin du délai de réflexion pour Radovan Karadzic

©

Dernière modification : 29/08/2008

Au terme du délai légal de 30 jours, l'ex-chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, doit dire s'il plaide coupable ou non devant le tribunal de la Haye. S'il ne dit rien, le juge optera automatiquement pour "non coupable".

L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic, arrêté à Belgrade en juillet treize ans après son inculpation pour génocide, dira vendredi s'il plaide coupable ou non devant le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie à La Haye.
   
Lors de cette deuxième apparition publique depuis son arrestation, le juge Iain Bonomy doit demander à l'accusé s'il plaide coupable ou non des onze chefs de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide pesant sur lui pour son rôle dans la guerre de Bosnie (1992-1995).
   
Lors de sa comparution initiale le 31 juillet, l'inculpé avait choisi d'utiliser le délai légal de réflexion de trente jours auquel il avait droit.
   
Au cas très improbable où il plaiderait coupable, Radovan Karadzic échapperait à un procès et les juges n'auraient qu'à décider de sa peine. S'il refusait de répondre, le juge prononcerait en son nom un "non coupable" automatique.
   
Le suspense de cette deuxième apparition publique réside surtout dans ce que dira l'accusé à l'audience, et dans ce qu'il pourrait révéler de nouveau sur ses années de cavale ou bien sur sa stratégie de défense.
   
Radovan Karadzic, 63 ans, était jusqu'à son arrestation le 21 juillet l'un des deux fugitifs les plus recherchés d'Europe, avec son alter ego militaire, le général Ratko Mladic, toujours en fuite.
   
Il est considéré comme le cerveau du "nettoyage ethnique" lancé, avec l'appui de Belgrade selon le procureur du TPI, contre les Musulmans et Croates durant la guerre de Bosnie ayant fait 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés.
   
Outre le massacre de 8.000 hommes et garçons musulmans à Srebrenica, dans l'est de la Bosnie, en 1995, il devra également répondre du long siège meurtrier de Sarajevo et de la détention de milliers de civils dans des camps, notamment dans la région de Prijedor (nord-ouest de la Bosnie).
   
Lors de sa première comparution, Radovan Karadzic avait confirmé qu'il souhaitait assurer lui-même sa défense. Les juges doivent encore statuer sur cette demande.
   
Comme lors de cette audience, l'accusé a depuis dénoncé dans plusieurs courriers au tribunal des "irrégularités" lors de son arrestation et évoqué un "accord secret" avec les Américains qui lui aurait permis d'échapper si longtemps à la justice internationale.
   
Selon lui, Richard Holbrooke, le négociateur américain des accords de Dayton ayant mis fin à la guerre (novembre 1995), aurait promis qu'en échange de son retrait de la vie politique et publique, il ne serait pas poursuivi, ce que ce dernier a toujours démenti.
   
M. Karadzic a aussi affirmé à plusieurs reprises que Richard Holbrooke voulait sa mort. "Il est clair que, mis dans l'incapacité de tenir les engagements qu'il avait pris au nom des USA, il est passé au plan B - la liquidation de Radovan Karadzic", a-t-il ainsi écrit.
   
Il a demandé à ce que le juge néerlandais désigné pour présider les audiences jusque-là soit récusé, au motif que des jugements antérieurs le rendraient partial, et en raison de sa nationalité, une manoeuvre classique.
   
C'est en réalité pour des raisons de procédure et d'organisation que le tribunal a décidé de confier l'affaire à une autre chambre.
   
Karadzic, ancien homme fort de Pale, la capitale de la république autoproclamée des Serbes pendant la guerre, qui avait exercé la psychiatrie à Sarajevo avant le conflit, s'était rendu méconnaissable durant sa traque.
   
Au moment de son arrestation, il arborait une grande barbe blanche, une abondante chevelure, surmontés parfois de grandes lunettes ou d'un chapeau, tout en exerçant la médecine alternative sous l'identité du "Dr Dragan Dabic" à Belgrade.
 

Première publication : 29/08/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)