Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

L'espoir suscité par Hillary Clinton chez les femmes aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Pourquoi l'appli Telegram utilisée par les terroristes échappe toujours à la surveillance ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama : le discours qui fait mouche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début du "sommet de la réconciliation" entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gad Elmaleh, le roi de l’humour, vit son rêve américain

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Hillary Clinton, candidate mal aimée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

JO : les Brésiliens sceptiques, à 8 jours du coup d'envoi

En savoir plus

Le premier jour du ramadan fait débat

Dernière modification : 01/09/2008

Le ramadan a déjà débuté en Libye. Il commencera lundi en Égypte et seulement mardi au Pakistan... Les pays musulmans peinent à unifier leur position sur le début du mois de jeûne. Et pas uniquement pour des raisons techniques.

Le premier jour du mois de jeûne sacré de ramadan est traditionnellement déterminé par l'observation à l'oeil nu de la nouvelle lune, une méthode qui explique les divergences persistantes entre les pays musulmans.

Cette année, le ramadan débute dès ce dimanche en Libye, lundi en Egypte ou encore en Arabie saoudite, et ne devrait commencer que mardi au Pakistan.

Dans chaque pays, théologiens, savants et dignitaires religieux se réunissent tous les ans lors de la "nuit du doute", durant laquelle on observe l'apparition du premier quartier de la nouvelle lune, pour scruter le ciel et fixer le début du ramadan.

Certains pays combinent cette observation avec d'autres moyens, comme des calculs astronomiques, des télescopes ou même le recours à un avion. Mais l'observation rituelle du croissant de lune reste la référence.

Le début du mois diffère ainsi selon les pays, la lune n'apparaissant pas au même moment partout et étant parfois difficile à discerner.

Mais les divergences peuvent aussi avoir une portée politique, affirme l'analyste Diaa Rachwane, du Centre d'études stratégiques d'Al-Ahram, au Caire.

D'après lui, certains pays déplacent des querelles politiques sur le terrain religieux, comme la Libye l'a fait à maintes reprises pour se démarquer de l'Arabie saoudite, avec qui elle entretient des relations houleuses.

C'est aussi l'occasion, explique M. Rachwane, pour l'Iran d'affirmer son identité chiite face aux pays sunnites, ou pour des chiites de se démarquer de leurs compatriotes sunnites.

Le mufti d'Egypte, Ali Gomaa, avait appelé les pays musulmans il y a quelques années à unifier leur position sur le début du jeûne.

Le ramadan correspond au neuvième mois du calendrier de l'Hégire, auquel les musulmans se réfèrent pour leurs fêtes religieuses et qui s'appuie sur le cycle de la lune. Ce calendrier est plus court de 11 jours que le calendrier solaire. Pour cette raison, les dates de début et de fin du ramadan varient chaque année.

Le ramadan, l'un des cinq piliers de l'islam, est un mois de jeûne et de prière qui commémore la révélation divine reçue par le prophète Mahomet.

Pour la religion musulmane, le ramadan est un mois de piété, de charité et de frugalité. Le jeûne est conçu comme un effort spirituel, une lutte contre la séduction des plaisirs terrestres.
 

Première publication : 31/08/2008

COMMENTAIRE(S)