Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

La province d'Al-Anbar est aux mains des soldats irakiens

Dernière modification : 01/09/2008

Il s'agit de la première province sunnite à passer sous le contrôle des autorités irakiennes depuis juillet 2006, alors que débute ce lundi le mois de ramadan.

Au premier jour du ramadan chez les sunnites d'Irak, les forces de securité irakiennes prennent lundi le contrôle de la province occidentale d'Al-Anbar, qui fut la première à brandir l'étendard de la révolte contre les forces américaines dès leur arrivée en avril 2003.
   
Des dizaines de milliers soldats et policiers irakiens et de Marines américains sont en état d'alerte pour cet évènement marquant la première remise d'une province sunnite aux forces irakiennes.
   
Al-Anbar, deux millions d'habitants, est la 11ème des 18 provinces à changer de mains depuis juillet 2006, mais toutes les autres étaient chiites.
   
Les sunnites de la plus grande province du pays avaient été les premiers à s'opposer aux forces américaines après le renversement du régime de Saddam Hussein.
   
La ville de Falloujah y fut l'épicentre de violents combats entre Marines et insurgés sunnites avant d'être rasée par l'armée américaine en novembre 2004.
   
C'est dans cette province limitrophe de la Syrie, de la Jordanie et de l'Arabie saoudite que 1.306 soldats américains sont tombés, soit un tiers de leurs pertes totales. Près de 6.000 civils irakiens y ont aussi péri.
   
La violence a commencé à fléchir lorsque les chefs de tribus, las des attentats d'Al-Qaïda et encouragés par les Américains, se sont révoltés en septembre 2006 contre les jihadistes.
   
Ils ont formé les groupes de Sahwa (Réveil) qui ont croisé le fer avec les émules d'Oussama ben Laden et aujourd'hui les violences y ont radicalement diminué.
   
On y compte actuellement 28.000 militaires américains contre 37.000 en février et 37.000 membres des forces de sécurité irakiennes contre 5.000 il y a trois ans, selon l'armée américaine.

Première publication : 01/09/2008

COMMENTAIRE(S)