Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement: une loi qui inquiète

En savoir plus

FOCUS

Finlande : les populistes au gouvernement?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Chamfort, retour de l'éternel dandy de la chanson française!

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Éthiopie : le défi vert

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

David Cameron vs Ed Miliband : le match des programmes

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

BILLET RETOUR

Chine : sept ans après le séisme au Sichuan, les questions restent en suspens

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

La force des cyclones est liée au réchauffement des océans

Dernière modification : 03/09/2008

Une nouvelle étude, publiée mercredi par la revue britannique "Nature", soutient la théorie selon laquelle la fréquence et la force des cyclones augmentent parallèlement au réchauffement de la température de l'eau des océans.

Le nombre et l'intensité des cyclones les plus violents augmente parallèlement au réchauffement des océans, selon une étude publiée mercredi par la revue britannique Nature, qui ne relève toutefois aucune hausse pour l'ensemble des ouragans.
   
Une augmentation de 1° degré celsius de la température de surface des océans "entraîne une augmentation de la fréquence globale des cyclones forts (avec des vents supérieurs 51 mètres par seconde), qui passent de 13 à 17 par an", soit une hausse de 31%, ont constaté trois chercheurs de l'université d'Etat de Floride et de l'université du Wisconsin à Madison.
   
Ce constat est conforme à un modèle théorique sur le fonctionnement des énormes machines thermiques que constituent les cyclones, qui montre que les vents doivent s'intensifier à la suite du réchauffement de la température de surface des océans.
   
Mais jusqu'à présent, les résultats des analyses de cyclones tropicaux à travers le monde n'étaient pas conformes à cette théorie, "parce qu'ils étaient focalisés sur un changement statistique (de la force des vents) du cyclone moyen", selon les trois scientifiques américains.
   
La théorie est en revanche statistiquement vérifiée dans le cas des cyclones les plus violents, dont l'intensité s'accentue.
   
"Nous notons des tendances à la hausse dans les valeurs maximales estimées des vents des plus puissants des cyclones tropicaux dans chaque bassin océanique, avec l'augmentation la plus importante pour cette catégorie dans l'Atlantique nord", observent James Elsner, James Kossin et Thomas Jagger dans Nature.
   
Les trois chercheurs ont analysé des données sur les cyclones tropicaux, qui sont appelés ouragans en Amérique et typhons en Asie, sur une période de 25 ans allant de 1981 à 2006.
   
La seule région qui fait exception à la règle, y compris pour les cyclones les plus forts, est le Pacifique Sud, plus chaud que les autres régions dès le début de la période analysée mais où l'élévation des températures a été moindre.
   
Les auteurs de l'étude précisent qu'ils n'ont pas pris en compte le rayonnement solaire ou l'impact de phénomènes climatiques comme El Nino dans leurs calculs et soulignent que les facteurs d'incertitude restent nombreux.
   
Selon le quatrième rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), les températures moyennes à la surface du globe devraient s'élever de 1,8° à 4° celsius d'ici la fin du siècle. Cette moyenne ne s'applique toutefois pas aux océans, plus lents à se réchauffer que l'atmosphère, mais dont l'impact sur le climat est considérable.
 

Première publication : 03/09/2008

COMMENTAIRE(S)