Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La photo du corps d'Aylan Kurdi, image "choc" de la crise des réfugiés syriens

En savoir plus

POLITIQUE

"En France, on censure les émotions dans la presse"

En savoir plus

POLITIQUE

"Les Français ne veulent pas du match retour Sarkozy-Hollande"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Hubert Védrine : "L'Europe doit élaborer une politique à la hauteur du drame des migrants"

En savoir plus

FOCUS

Guatemala : scandale de corruption en toile de fond de la présidentielle

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 2)

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Enseignement : le retour de la morale à l'école

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rencontre avec le quator gallois Stereophonics

En savoir plus

La BCE ne modifie pas ses taux directeurs

Dernière modification : 05/09/2008

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé de laisser son principal taux directeur inchangé à 4,25 %. Pour son président, la BCE a une mission prioritaire : lutter contre l'inflation, grand ennemie du pouvoir d'achat et de la croissance.

La Banque centrale européenne (BCE) n'a pas modifié ses taux directeurs jeudi, décision sans surprise, les économistes jugeant que l'établissement n'est pas prêt à relâcher son attention vis-à-vis de l'inflation en dépit d'une conjoncture molle.

Le taux de refinancement reste ainsi à 4,25%, le taux de facilité de dépôt à 3,25% et le taux de prêt marginal à 5,25%.
Ces taux avaient été relevés d'un quart de point le 3 juillet dernier.

Le président Jean-Claude Trichet expliquera cette décision lors de sa traditionnelle conférence de presse à 12h30 GMT et les intervenants s'attendent à ce qu'il réitère l'absence de "biais" de la part de la banque centrale, autrement dit d'orientation prédéfinie pour les taux d'intérêt.

La BCE publiera par ailleurs les dernières projections de croissance et d'inflation de l'Eurosystème, les secondes étant susceptibles d'étayer son credo anti-inflationniste.
 
Dans les faits, non seulement une détente des taux paraît exclue cette année mais même l'hypothèse d'un nouveau durcissement monétaire n'est pas totalement exclu, au vu des récentes déclarations de responsables de l'institut d'émission franchement volontaristes contre l'inflation.

Première publication : 04/09/2008

COMMENTAIRE(S)