Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Berlin se penche sur la circulation des données privées sur le Net

Dernière modification : 05/09/2008

Le ministre allemand de l'Intérieur, Wolfgang Schaüble, a annoncé que le gouvernement envisageait une amélioration de la protection des données personnelles sur Internet, après des révélations sur le trafic de millions d'informations.

Retrouver ses informations personnelles sur un listing de données publicitaires après un simple changement d’adresse effectué sur Internet ? Impossible en France, mais pas en Allemagne.
   

Les villes d’outre-Rhin peuvent, en toute légalité, vendre des informations issues de registres municipaux. La ville de Bochum, située en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a ainsi reconnu qu’elle avait encaissé quelque 220 000 euros par an par ce biais.

 

Le gouvernement allemand a donc annoncé son intention de pallier les abus de plus en plus fréquents. Il s’est réuni mercredi 3 septembre à Berlin pour manifester son intention de changer les règles de gestion et d’utilisation des données personnelles sur Internet.

 

Une meilleure protection des données des internautes

 

Actuellement, c’est à l’internaute de manifester son refus de partager ses données à la société à qui il les transmet. "Seule une minorité de personnes font cette démarche", souligne le chargé de la protection des données et de la liberté de l’information allemand, Peter Schaar. Si le projet de loi est adopté, il faudra à l’avenir l’autorisation expresse de l’individu pour pouvoir transmettre ou revendre ses informations personnelles.

 

Au mois d’août 2008 déjà, un vaste scandale de trafic de données confidentielles circulant sur Internet a été révélé.Un employé d'un centre d'appels téléphoniques avait alors remis aux autorités un CD comportant les noms, adresses et coordonnées bancaires de 17 000 personnes.

 

"Le plus important, ce que je demande, c’est qu’il y ait à nouveau un contrôle de l’individu sur ses données", a déclaré Peter Schaar avant la réunion. "Cela signifie que les données peuvent être transmises à des fins publicitaires uniquementsi la personne concernée l’a expressément autorisé." 
 

Le ministre de l'Intérieur, Wolfgang Schäuble, a même été plus loin en proposant de durcir les sanctions encourues en cas d’abus. Par ailleurs, les sociétés qui revendent les informations personnelles d’utilisateurs seraient obligées, selon ce projet de loi, de préciser la provenance des listings, afin de limiter la circulation de données personnelles obtenues illégalement.

 

Un marché d’un milliard d’euros 
 

Le gouvernement allemand ne veut, en revanche, surtout pas affoler les milieux économiques. Les Allemands sont très friands de l’Internet : 22 millions d’entre eux possèdent un compte bancaire en ligne, selon la Fédération des technologies de l'information et de la communication (Bitkom). Les revenus générés par la publicité en ligne sont très importants, et les informations personnelles des internautes sont la matière première de ce secteur.

 

"Il ne s'agit pas d'agir trop vite" et de légiférer à tout va, en faisant "comme si la diffusion de données constituait dans tous les cas une menace", a averti Wolfgang Schäuble: "Il faut trouver le juste équilibre" entre la protection des citoyens et les besoins de l'économie reposant sur "l'utilisation des technologies modernes de communication".

  

En Allemagne, le marché de la publicité en ligne est en effet conséquent. Les chiffres publiés sur le site de Bitkom parlent d’eux-mêmes : 2007 a été une année record, avec près d’un milliard d’euros de chiffres d’affaires.

Première publication : 04/09/2008

COMMENTAIRE(S)