Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Cheney soutient Tbilissi et met en cause Moscou

Dernière modification : 04/09/2008

Le vice-président américain Dick Cheney, en visite à Tbilissi, a plaidé pour l'adhésion de la Géorgie à l'Otan. Non sans avoir affirmer que la crédibilité de Moscou sur la scène internationale avait été sérieusement éprouvée.

Le vice-président américain Dick Cheney s'est prononcé en faveur de l'adhésion de la Géorgie à l'Otan, tout en affirmant que la crédibilité de Moscou était "gravement mise en doute" après le conflit russo-géorgien.
   
Alors que la Russie s'oppose farouchement à une éventuelle adhésion de la Géorgie à l'Alliance atlantique, M. Cheney a déclaré: "L'Amérique soutient fermement le programme d'adhésion de la Géorgie à l'Otan et son intégration à terme dans l'Alliance atlantique".
   
"Comme l'ont déclaré les membres de l'Otan au sommet de Bucarest, la Géorgie sera dans notre alliance", a ajouté M. Cheney, faisant référence au sommet de l'organisation en avril.
   
Lors d'une conférence de presse conjointe avec le président géorgien Mikheïl Saakachvili, M. Cheney a souligné que la crédibilité de Moscou sur le plan international était sérieusement entamée.
   
"Les actions de la Russie ont suscité de graves doutes quant aux intentions de la Russie ainsi que sur sa crédibilité en tant que partenaire international, non seulement en Géorgie, mais dans toute la région, ainsi qu'au sein de la communauté internationale", a-t-il dit.
   
Le numéro deux américain a loué la "jeune et courageuse démocratie" géorgienne et réitéré le soutien des Etats-Unis à l'intégrité territoriale de cette ex-république soviétique.
   
"Nous le faisons encore, alors que vous oeuvrez pour surmonter l'invasion de votre territoire souverain et la tentative illégitime de changer par la force les frontières de votre pays, ce qui a été universellement condamné par le monde libre", a-t-il poursuivi.
   
M. Cheney a encore assuré le président Saakachvili de l'aide américaine pour surmonter les difficultés économiques survenues en raison du conflit qui a opposé la Géorgie à la Russie.
   
"J'ai assuré le président Saakachvili que l'Amérique aiderait la Géorgie à reconstruire et regagner sa position au sein des économies à forte croissance", a-t-il affirmé.
   
Mercredi, Washington a annoncé avoir débloqué une aide humanitaire d'un milliard de dollars en faveur de la Géorgie. Dans le cadre du même effort, les Etats-Unis ont déjà fourni une aide humanitaire d'environ 30 millions de dollars.
   
M. Cheney a aussi rendu hommage aux militaires géorgiens en Irak, qui ont regagné leur pays au début du conflit russo-géorgien.
   
"Avant d'être rappelées chez elles pour défendre leur pays, les troupes géorgiennes servaient en Irak. Maintenant, il en va de la responsabilité du monde libre de se mettre du côté de la Géorgie", a-t-il fait valoir.
   
Un conflit militaire a opposé la Géorgie à la Russie début août, les troupes russes étant entrées sur le territoire géorgien pour repousser une offensive lancée par l'armée géorgienne dans la nuit du 7 au 8 août en Ossétie du Sud pour reprendre le contrôle de cette région séparatiste.
   
La Russie a reconnu le 26 août l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, ce qui a suscité un tollé en Occident.

Première publication : 04/09/2008

COMMENTAIRE(S)