Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Une aide américaine d'un milliard de dollars pour la Géorgie

Dernière modification : 04/09/2008

Le vice-président américain Dick Cheney est arrivé ce jeudi à Tbilissi. La veille, Condoleezza Rice a promis une aide américaine d'un milliard de dollars afin de contribuer à la reconstruction de la Géorgie.

Au moins un milliard de dollars d'aide sera alloué à la Géorgie pour contribuer à la reconstruction après le conflit armé avec la Russie au sujet de l'Ossétie du Sud, a annoncé mercredi la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice.
 
"Nous sommes déterminés à aider la Géorgie à subvenir à ses besoins en ces temps difficiles", a-t-elle déclaré à la presse, précisant que cette contribution entrait dans le cadre de l'engagement à long terme de Washington envers Tbilissi.
 
Le dispositif ne prévoit aucune assistance militaire, a souligné Rice. Moscou accuse Washington d'avoir fourni du matériel militaire à la Géorgie sous couvert de missions humanitaires.
 
"Il n'est pas encore temps d'aborder la question de l'assistance militaire", a insisté Rice, qui a éludé une question sur les raisons pour lesquelles les Etats-Unis ont renoncé à menacer la Russie de représailles pour son offensive en Géorgie.
 
Il est "grand temps" que les troupes russes se retirent, a-t-elle toutefois estimé.
 
"Le monde libre ne peut autoriser que le sort d'un petit pays soit déterminé par l'agression d'un voisin plus grand", a
poursuivi Rice, assurant qu'avec l'aide de Washington, la Géorgie allait "survivre, reconstruire et se développer".
 
Une première tranche de 570 millions de dollars d'aide sera versée avant la fin 2008 et le reste sera du ressort de la
prochaine administration, qui prendra ses fonctions en janvier. Le projet, a déclaré Rice, fait l'objet d'un consensus aux
Etats-Unis. On ignore si cette aide doit être validée par le Congrès.
 
George Bush a par ailleurs invité les agences fédérales à accroître leur aide financière à la Géorgie.
 
"Notre assistance économique additionnelle aidera le peuple géorgien à récupérer après l'offensive contre leur pays et à
poursuivre la construction d'une économie prospère et compétitive", a déclaré le président des Etats-Unis, qui a invité Susan Schwab, représentante du Commerce, à négocier un nouveau traité sur les échanges avec Tbilissi et à élargir les
tarifs préférentiels consentis aux importations géorgiennes.

Première publication : 04/09/2008

COMMENTAIRE(S)