Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • Manifestation pro-Gaza interdite : l'appel au calme de Manuel Valls

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : il sera "très difficile" de récupérer les corps

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Trêve de douze heures à Gaza, les négociations se poursuivent à Paris

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • La manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • En images : les damnés de Gaza

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

Le controversé Zardari à la tête du Pakistan

Dernière modification : 09/09/2008

Asif Ali Zardari, veuf de l'ex-Premier ministre Benazir Bhutto, a été élu samedi président du Pakistan. Le jour même, un attentat a fait 33 morts. Le pays n'est pas acquis à son nouveau président, connu pour des affaires de corruptions.

Lisez le portrait de Asif Ali Zardari

 

 

C’est toujours une bonne nouvelle, en particulier au Pakistan, lorsqu’un chef d’Etat est élu démocratiquement.
C’est le cas pour l’élection au suffrage indirect d’Ali Zardari, qui succède au général Musharraf comme président du Pakistan. Le veuf de Benazir Bhutto a non seulement réussi à lui succéder à la tête du Parti du Peuple Pakistanais (PPP) après son assassinat, mais il a réussi en février à faire gagner son parti aux élections législatives. Pour un novice de la politique, ce n’était pas si mal. Il en récolte aujourd’hui les fruits.


C’est une moins bonne nouvelle que le nouveau président soit élu dans l’indifférence, pour ne pas dire l’hostilité générale. Son passé trouble, ses années de prison pour soupçons de corruption (même s’il n’a jamais été condamné), ne l’ont pas empêché de se faire élire par les parlementaires, mais il paraît peu probable qu’il déclenche le moindre élan populaire.

 
Comme son prédécesseur Musharraf, Zardari est considéré comme étant proche des Américains. Ce qu’il devra concilier avec une opinion publique pakistanaise très largement anti-américaine. Et le vrai test concerne son attitude à l’égard des provinces tribales du nord de son pays, qui sont en état de quasi sécession.

 

Va-t-il aider les Américains à combattre Al-Qaïda et les Taliban dans ces régions ? Depuis longtemps le pouvoir pakistanais est soupçonné de mollesse, si ce n’est de compréhension à l’égard des Taliban. C’est toute l’inconnue de l’équation pakistanaise qui déterminera le succès ou l’échec des forces internationales en Afghanistan, et les risques de voir un jour les extrémistes disposer de l’arme nucléaire pakistanaise.


Les débuts de la présidence Zardari dépendront de l’évolution des combats dans les provinces tribales, mais il est clair que l’évolution de ces combats dépendra largement aussi de l’attitude du nouveau pouvoir central à Islamabad.

Première publication : 06/09/2008

COMMENTAIRE(S)