Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Le président turc en Arménie pour une visite historique

Dernière modification : 06/09/2008

Le président turc, Abdullah Gül, est en Arménie pour assister à un match de football entre les deux pays -une visite historique après deux décennies de silence diplomatique. Gül a été accueilli par plusieurs centaines de manifestants.

Le président turc, Abdullah Gül, est arrivé samedi en Arménie pour la première visite d'un chef d'Etat turc dans ce pays où il doit rencontrer son homologue, Serge Sarkissian, après deux décennies de silence diplomatique entre les deux pays.
   
L'avion présidentiel a atterri à 14H40 (11H40 GMT) à l'aéroport de Zvartnots où il a été accueilli par le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian.
   
A l'issue d'un entretien et d'un dîner avec Serge Sarkissian, Abdullah Gül devait assister avec lui au match Arménie-Turquie de qualification pour le Mondial 2010 de football, puis regagner son pays.
   
Il devient ainsi le premier président turc à se rendre en Arménie depuis l'indépendance en 1991 de cette ex-république soviétique, avec laquelle Ankara n'entretient pas de relations diplomatiques en raison de divergences sur le caractère des massacres d'Arméniens commis entre 1915 et 1917 en Anatolie.
   
L'Arménie estime que ces massacres commis sous l'empire ottoman ont fait jusqu'à 1,5 million de morts et constituent un génocide, une position adoptée par plusieurs pays.
   
La Turquie rejette catégoriquement ce qualificatif tout en admettant que des massacres ont été perpétrés après que les Arméniens eurent pris les armes pour arracher leur indépendance. Ankara accuse Erevan de nuire à ses intérêts en menant campagne à travers le monde pour une reconnaissance du génocide.
   
Plusieurs centaines de manifestants ont formé dans le calme samedi une chaîne humaine aux abords de l'aéroport d'Erevan pour protester contre la visite du dirigeant turc, a constaté un journaliste de l'AFP.
   
Les manifestants arboraient des drapeaux arméniens et des drapeaux rouges frappés de l'emblème du parti nationaliste Dachnak Tsoutioun, brandissant des pancartes où était écrit "Reconnaissez le génocide" ou "Ouvrez la frontière sans condition", en anglais, turc ou arménien.
 

Première publication : 06/09/2008

COMMENTAIRE(S)