Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

L'ouragan Ike menace les Caraïbes

Dernière modification : 07/09/2008

Quelques jours après le passage de la tempête Hanna, qui a ravagé Haïti et tué plus de 500 personnes, l'ouragan Ike, particulièrement violent, s'apprête à déferler sur le golfe du Mexique. L' île de Cuba a été placée en état d'alerte.

Cuba en état d'alerte se préparait dimanche au passage de l'ouragan Ike, qui menaçait également Haïti, où des dizaines de milliers de sinistrés attendent une aide humanitaire après les tempêtes Gustav et Hanna qui ont fait au moins 577 morts.
   
Les provinces orientales de Cuba ont été placées samedi en état d'alerte pour l'arrivée dimanche soir du "très dangereux" ouragan Ike, qui doit ensuite balayer tout le centre de l'île jusqu'aux environs de la grande station balnéaire de Varadero, selon les météorologues.
   
Une semaine après le passage de l'ouragan Gustav qui a dévasté l'ouest du pays, Ike "représente une menace sérieuse" pour l'île communiste, a indiqué le Centre de météorologie de Cuba (Insmet) dans un communiqué.
   
Ike, qui se trouvait dimanche matin au large des Bahamas, a atteint la catégorie 4 des ouragans "extrêmement dangereux" sur l'échelle Saffir-Simpson qui en compte 5, avec des vents soutenus de 215 km/h.
   
La Défense civile cubaine a décrété samedi la "phase d'alerte cyclonique" pour les provinces orientales de Guantanamo, Santiago de Cuba, Granma, Holguin, Las Tunas et Camaguey, afin de permettre l'évacuation des zones risquant d'être inondées, selon la télévision nationale cubaine.
   
Les provinces centrales de Ciego de Avila, Villa Clara, Sancti Spiritus et Cienfuegos, ainsi que celle occidentale de Matanzas, voisine de celle de La Havane, ont été appelées à la vigilance par la Défense civile.
   
Le cyclone devrait quitter mardi le pays non loin de La Havane et de la plus grande station balnéaire du pays, Varadero (province de Matanzas, 140 km à l'est de La Havane), et poursuivre sa route vers le sud des Etats-Unis, selon le Centre américain des ouragans (NHC), basé à Miami (Floride).
   
Cette trajectoire peut cependant encore changer au cours des prochaines heures, selon les météorologues.
   
Les vagues qu'il pourrait former sont annoncées entre 4 et 5,5 mètres de plus que la normale. Quant aux très fortes pluies attendues, elles pourraient se transformer en inondations avec 10 à 20 cm annoncés en accumulation, jusqu'à 30 cm aux Bahamas et jusqu'à 50 cm à Cuba. Des coulées de boues sont également à craindre, selon le NHC.
   
L'ouest de Cuba avait été dévasté il y a une semaine par un ouragan de catégorie 4, Gustav, qui, sans faire officiellement de mort sur l'île communiste, y a détruit ou endommagé plus de 100.000 bâtiments avec des vents soufflant en moyenne à 240 km/h et des rafales de 340 km/h.
   
Avant d'atteindre Cuba, Ike pourrait atteindre le nord d'Haïti, où les pluies torrentielles devraient provoquer de nouvelles inondations sur le nord-ouest de l'île.
   
"Ces pluies pourraient provoquer des crues dangereuses et des glissements de terrains sur des terraines montagneux", a prévenu le NHC.
   
Or Haïti, l'un des pays les plus pauvres de la planète, est plongé dans une crise humanitaire après avoir été ravagé par trois perturbations majeures en trois semaines, Fay, Gustav et Hanna, qui ont laissé des milliers d'habitants sans abri, manquant d'eau potable et de nourriture.
   
Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), plus de 500 personnes ont été tuées en Haïti par le passage d'Hanna et le bilan augmente "d'heure en heure". Il y a huit jours, Gustav avait déjà fait 77 morts.
   
Des rivières couleur de boue sont sorties de leur lit pour déborder sur des villages entiers. Dans les zones sinistrées du pays, particulièrement sujet aux inondations et glissements de terrain en raison d'une large déforestation, seuls les toits émergeaient d'immenses nappes de boue.
   
Selon l'Unicef, 650.000 personnes dont 300.000 enfants ont été affectées par les trois perturbations et le mauvais état des systèmes de transport rend difficile l'acheminement de l'aide humanitaire.
   
Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé samedi qu'il acheminait "de la nourriture, de l'eau et de l'aide humanitaire" par bateau et par avion.

Première publication : 07/09/2008

COMMENTAIRE(S)