Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Freddie Mac et Fannie Mae : les marchés soulagés

Dernière modification : 08/09/2008

Les valeurs boursières ont bondi en fin de séance en Asie tandis que les places européennes ont ouvert en hausse suite à l'annonce de la mise sous tutelle des deux géants du refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac.

Retrouvez également le reportage de France 24 sur les ravages de la crise des subprimes et le reportage sur les maisons au rabais. 


Les marchés asiatiques et européens ont été gagné par une euphorie grisante après l'annonce de la mise sous tutelle de Freddie et Fannie, les deux plus importants établissements américains de refinancement.

Car l'affaire Freddie et Fannie ne concerne pas que les Etats-Unis. L'Asie et l'Europe détiennent 20% des dettes des deux établissements. L'annonce du Trésor américain signifie donc que les banques étrangères seront remboursées. Une très bonne nouvelle pour elles.

Reste que ce plan de renflouement de Fannie Mae et Freddie Mac pose des questions, la principale étant le financement de l'opération.

L'Etat américain se dit prêt à injecter 100 milliards de dollars dans chacune des entreprises, c'est loin d'être une goutte d'eau surtout dans un pays en crise.

D'autant que l'administration Bush s'engage alors que dans quelques semaines un nouveau président devra gérer l'affaire Freddie et Fannie. Un cadeau empoisonné pour la prochaine administration en place.

Même si John McCain et Barack Obama sont d'accord sur le principe avec la nationalisation.

En tout cas les contribuables américains vont certainement se sentir visés. Ils pourraient être mis à contribution pour ce renflouement, le plus coûteux de l'histoire de la finance américaine.

Première publication : 08/09/2008

COMMENTAIRE(S)