Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Huppert, Gérard Depardieu et "Le Petit Prince" sur la Croisette!

En savoir plus

FOCUS

Les Irlandais aux urnes pour l'ouverture du mariage aux homosexuels

En savoir plus

Le plan d'économies d'EADS inquiète les syndicats

Dernière modification : 09/09/2008

Présenté, ce mardi, par le président exécutif d'EADS, le plan censé faire économiser 650 millions d'euros à Airbus, suscite l'inquiétude des syndicats qui craignent "une délocalisation de charges de travail et de savoir-faire".

Les syndicats du groupe aéronautique européen Airbus se sont déclarés "inquiets" de l'internationalisation croissante vers la zone dollar ou à bas coûts annoncée mardi par la direction au comité de groupe européen, à l'issue de cette réunion à Toulouse.

"Tous les salariés, français, allemands, espagnols, anglais se sont interrogés sur leur avenir, même si on dit qu'il n'y aura pas de suppressions de postes, pas d'augmentation du temps de travail", a déclaré Marina Linsky (CFTC).

"Certes, on ne vas pas supprimer d'emploi dans les cinq ans, en raison du carnet de commandes, mais on ne créera pas d'emploi en Europe alors qu'il faudrait embaucher massivement. Que fera-t-on lorsqu'il y aura un retournement de cycle?", a demandé Christian Meloni (CGT).

Le constructeur a annoncé mardi un plan d'économies supplémentaires Power 8+ de 650 millions d'euros chez Airbus d'ici à 2012, dont 300 millions seraient réalisés grâce à "l'internationalisation accrue du travail de construction et d'ingénierie".

"On nous a fait faire le tour du monde sans bouger de notre chaise en nous parlant de développer les centres d'ingénierie en Inde, en Russie, en Chine, aux USA... à hauteur totale de 1.800 personnes", a estimé Mme Linsky.

"On va donner à nos partenaires une pelle pour nous enterrer", a-t-elle déclaré, ajoutant que "le plus grand danger, c'est le risque de concurrence chinoise".

"C'est bien une délocalisation de charges de travail et de savoir-faire", a déclaré M. Meloni. "Ces charges de travail ne reviendront jamais", a déclaré de son côté la représentante de la CFE-CGC, Françoise Vallin.

La CGT a réaffirmé "son opposition à la filialisation d'usines, en Allemagne comme en France". "On va mettre en concurrence les filiales entre elles et avec les géants du secteur, comme l'américain Spirit ou le japonais Kawasaki", a estimé M. Meloni.

Au nom de Force Ouvrière, premier syndicat d'Airbus, le secrétaire général Jean-Claude Mailly, en visite à Toulouse, a souligné que son organisation ferait "tout pour que les filiales industrielles restent 100% EADS".

Il a mis en garde contre les dangers de "l'externalisation". "Boeing a joué à fond la carte de l'externalisation et je constate que les salariés sont en grève. A force de sous-traiter partout, on perd de la qualité", a-t-il dit.

Le co-président français du comité européen Airbus, Jean-François Knepper (FO), a redouté que "l'externalisation accrue du travail demandée à la nouvelle filiale Aerolia ne profite pas aux fournisseurs picards ou nantais car la filiale va reprendre le projet de sous-filiale tunisienne de Latécoère".

La CFE-CGC a aussi estimé que l'internationalisation "fait peser une pression forte sur le tissu industriel local: il ne faudrait pas, plan après plan, le dégrader davantage, en lui opposant des concurrents à bas coût, déjà sur la fabrication et maintenant sur l'engineering".

Première publication : 09/09/2008

COMMENTAIRE(S)