Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Le Pentagone annule un appel d'offres de 35 milliards de dollars

Dernière modification : 11/09/2008

Le ministère américain de la Défense a annoncé l'annulation de l'appel d'offres de 35 milliards de dollars pour le renouvellement de sa flotte d'avions ravitailleurs. Un contrat qui faisait l'objet d'une âpre lutte entre Airbus et Boeing.

Le Pentagone a annulé son appel d'offres pour le renouvellement de sa flotte d'avions ravitailleurs, d'un montant initial de 35 milliards de dollars, a annoncé mercredi le secrétaire à la Défense Robert Gates.

La décision de sélectionner soit Boeing, soit le tandem formé par Northrop Grumman et l'européen EADS, reviendra à la prochaine administration, qui sera mise en place après l'élection présidentielle de novembre.

Ce méga-contrat porte sur 179 avions ravitailleurs. Il avait été attribué en février à Northrop Grumman/EADS, avant d'être remis en jeu en juin après une contestation de Boeing devant la Cour des comptes américaine.

Vu les retards considérables de ce programme, le Pentagone souhaitait remettre rapidement en jeu ce contrat. Mais Boeing avait prévenu fin août qu'il risquait de manquer de temps pour répondre aux nouveaux critères fixés par le ministère, menaçant en conséquence de ne pas présenter d'offre.

Première publication : 10/09/2008

COMMENTAIRE(S)