Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bioéthique : coup d'envoi de 6 mois de débats

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal-Casamance, toutes les autorisations de coupe de bois suspendues

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : sur le tapis rouge du dernier film de Spielberg, "Pentagon Papers"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Péninsule coréenne : la diplomatie des Jeux olympiques fait "fondre la glace"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Aux États-Unis, l'ardoise fiscale s’alourdit pour Apple

En savoir plus

FOCUS

Moyen-Orient : enquête sur le phénomène galopant des tempêtes de sable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sommet franco-britannique : la "diplomatie du tapis"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

Le Pentagone annule un appel d'offres de 35 milliards de dollars

Dernière modification : 11/09/2008

Le ministère américain de la Défense a annoncé l'annulation de l'appel d'offres de 35 milliards de dollars pour le renouvellement de sa flotte d'avions ravitailleurs. Un contrat qui faisait l'objet d'une âpre lutte entre Airbus et Boeing.

Le Pentagone a annulé son appel d'offres pour le renouvellement de sa flotte d'avions ravitailleurs, d'un montant initial de 35 milliards de dollars, a annoncé mercredi le secrétaire à la Défense Robert Gates.

La décision de sélectionner soit Boeing, soit le tandem formé par Northrop Grumman et l'européen EADS, reviendra à la prochaine administration, qui sera mise en place après l'élection présidentielle de novembre.

Ce méga-contrat porte sur 179 avions ravitailleurs. Il avait été attribué en février à Northrop Grumman/EADS, avant d'être remis en jeu en juin après une contestation de Boeing devant la Cour des comptes américaine.

Vu les retards considérables de ce programme, le Pentagone souhaitait remettre rapidement en jeu ce contrat. Mais Boeing avait prévenu fin août qu'il risquait de manquer de temps pour répondre aux nouveaux critères fixés par le ministère, menaçant en conséquence de ne pas présenter d'offre.

Première publication : 10/09/2008

COMMENTAIRE(S)