Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

Le Pentagone annule un appel d'offres de 35 milliards de dollars

Dernière modification : 11/09/2008

Le ministère américain de la Défense a annoncé l'annulation de l'appel d'offres de 35 milliards de dollars pour le renouvellement de sa flotte d'avions ravitailleurs. Un contrat qui faisait l'objet d'une âpre lutte entre Airbus et Boeing.

Le Pentagone a annulé son appel d'offres pour le renouvellement de sa flotte d'avions ravitailleurs, d'un montant initial de 35 milliards de dollars, a annoncé mercredi le secrétaire à la Défense Robert Gates.

La décision de sélectionner soit Boeing, soit le tandem formé par Northrop Grumman et l'européen EADS, reviendra à la prochaine administration, qui sera mise en place après l'élection présidentielle de novembre.

Ce méga-contrat porte sur 179 avions ravitailleurs. Il avait été attribué en février à Northrop Grumman/EADS, avant d'être remis en jeu en juin après une contestation de Boeing devant la Cour des comptes américaine.

Vu les retards considérables de ce programme, le Pentagone souhaitait remettre rapidement en jeu ce contrat. Mais Boeing avait prévenu fin août qu'il risquait de manquer de temps pour répondre aux nouveaux critères fixés par le ministère, menaçant en conséquence de ne pas présenter d'offre.

Première publication : 10/09/2008

COMMENTAIRE(S)