Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Costa-Gavras, le cinema engagé sur la Croisette

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

Le Pentagone annule un appel d'offres de 35 milliards de dollars

Dernière modification : 11/09/2008

Le ministère américain de la Défense a annoncé l'annulation de l'appel d'offres de 35 milliards de dollars pour le renouvellement de sa flotte d'avions ravitailleurs. Un contrat qui faisait l'objet d'une âpre lutte entre Airbus et Boeing.

Le Pentagone a annulé son appel d'offres pour le renouvellement de sa flotte d'avions ravitailleurs, d'un montant initial de 35 milliards de dollars, a annoncé mercredi le secrétaire à la Défense Robert Gates.

La décision de sélectionner soit Boeing, soit le tandem formé par Northrop Grumman et l'européen EADS, reviendra à la prochaine administration, qui sera mise en place après l'élection présidentielle de novembre.

Ce méga-contrat porte sur 179 avions ravitailleurs. Il avait été attribué en février à Northrop Grumman/EADS, avant d'être remis en jeu en juin après une contestation de Boeing devant la Cour des comptes américaine.

Vu les retards considérables de ce programme, le Pentagone souhaitait remettre rapidement en jeu ce contrat. Mais Boeing avait prévenu fin août qu'il risquait de manquer de temps pour répondre aux nouveaux critères fixés par le ministère, menaçant en conséquence de ne pas présenter d'offre.

Première publication : 10/09/2008

COMMENTAIRE(S)