Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le golfe de Porto, un paradis entre terre et mer

En savoir plus

La Russie "n'hésiterait pas à attaquer de nouveau la Géorgie"

Dernière modification : 13/09/2008

Moscou n'hésiterait pas à intervenir de nouveau en Géorgie en cas de provocation, a indiqué le président russe Dmitri Medvedev pour qui l'offensive géorgienne du 8 août s'apparente aux attaques terroristes du 11 septembre 2001.

La Russie n'hésitera pas à attaquer à nouveau la Géorgie en cas de provocation, y compris si elle obtenait un plan d'adhésion à l'Otan, a déclaré vendredi le président Dmitri Medvedev.

  

Il a en outre dressé un parallèle entre l'offensive géorgienne du 8 août contre la province séparatiste pro-russe d'Ossétie du Sud et les attentats du 11 septembre 2001.  "Immédiatement après les événements du Caucase, il m'est apparu que le 8 août était pratiquement pour nous ce que le 11-Septembre a été pour les Etats-Unis", a déclaré le président russe, qui s'exprimait à l'occasion de la réunion annuelle du club Valdaï, qui regroupe des experts russes.

  

Dmitri Medvedev s'en à nouveau pris aux projets d'élargissement de l'Otan à la Géorgie et à l'Ukraine.  "En se rapprochant des frontières russes, l'Otan ne se renforce pas", a-t-il dit. "(...) que se serait-il passé si la Géorgie avait eu un plan d'action pour l'adhésion ? Je n'aurais pas hésité une seconde pour prendre la décision que j'ai prise".

 

L'adhésion de la Géorgie, a insisté le président russe, sera un facteur d'instabilité pour l'Alliance et pour le Caucase.  "La situation n'est pas équitable pour la Russie, elle est humiliante pour la Russie". Nous ne la tolèrerons pas plus longtemps", a-t-il dit, jugeant toutefois que le conflit géorgien ne lui avait pas aliéné durablement les puissances occidentales.  
 

Première publication : 12/09/2008

COMMENTAIRE(S)