Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Soupçonné de corruption, le Russe Davydenko a été blanchi

Dernière modification : 12/09/2008

L'ATP n'est pas parvenue à prouver que le tennisman russe, Nikolay Davydenko, ait volontairement abandonné, en août 2007, un match sur lequel des sommes misés, via un site Web de paris en ligne, étaient très élevées.

Le Russe Nikolay Davydenko a été blanchi des soupçons de corruption qui pesaient sur lui depuis un match qu'il avait perdu par abandon contre l'Argentin Martin Vassallo-Arguello à Sopot (Pologne) en août 2007, a indiqué vendredi l'ATP dans un communiqué.

"L'ATP a terminé son enquête et n'a trouvé aucune preuve de violation du règlement de la part de MM. Davydenko et Vassallo-Arguello ou de qui que ce soit ayant eu un rapport avec ce match", a déclaré l'organisme qui gère le circuit professionnel de tennis.

Un site de paris en ligne avait décidé de suspendre les paris après l'abandon de Davydenko alors que le score était de 2-6, 6-3, 2-1 en faveur de l'Argentin, jugeant que les sommes misées étaient anormalement élevées.

Davydenko a toujours catégoriquement nié tout trucage, affirmant qu'il avait renoncé à cause d'une fracture de fatigue à un pied.

Première publication : 12/09/2008

COMMENTAIRE(S)