Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Ca va être une grosse, grosse claque"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fessée: une tradition française?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président tchadien promet d'anéantir le chef de Boko Haram et savoir où il se trouve

En savoir plus

DÉBAT

Interdiction de la fessée ? La France se prend une claque par le conseil de l'Europe

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

Soupçonné de corruption, le Russe Davydenko a été blanchi

Dernière modification : 12/09/2008

L'ATP n'est pas parvenue à prouver que le tennisman russe, Nikolay Davydenko, ait volontairement abandonné, en août 2007, un match sur lequel des sommes misés, via un site Web de paris en ligne, étaient très élevées.

Le Russe Nikolay Davydenko a été blanchi des soupçons de corruption qui pesaient sur lui depuis un match qu'il avait perdu par abandon contre l'Argentin Martin Vassallo-Arguello à Sopot (Pologne) en août 2007, a indiqué vendredi l'ATP dans un communiqué.

"L'ATP a terminé son enquête et n'a trouvé aucune preuve de violation du règlement de la part de MM. Davydenko et Vassallo-Arguello ou de qui que ce soit ayant eu un rapport avec ce match", a déclaré l'organisme qui gère le circuit professionnel de tennis.

Un site de paris en ligne avait décidé de suspendre les paris après l'abandon de Davydenko alors que le score était de 2-6, 6-3, 2-1 en faveur de l'Argentin, jugeant que les sommes misées étaient anormalement élevées.

Davydenko a toujours catégoriquement nié tout trucage, affirmant qu'il avait renoncé à cause d'une fracture de fatigue à un pied.

Première publication : 12/09/2008

COMMENTAIRE(S)