Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

Des tirs pakistanais contre la coalition à la frontière

Dernière modification : 17/09/2008

Un raid héliporté de la coalition en Afghanistan aurait été repoussé à l'approche de la frontière pakistanaise par des tirs des forces pakistanaises, selon des responsables locaux. L'armée pakistanaise a démenti tout incident.

Une tentative de raid héliporté de la coalition dirigée par les Etats-Unis en Afghanistan a été repoussée dimanche par des tirs dans le nord-ouest du Pakistan, où les combattants islamistes d'Al-Qaïda sont très actifs, ont affirmé lundi des responsables locaux.
   
Alors que ces responsables ont assuré qu'il s'agissait de tirs des forces pakistanaises, l'armée, qui a averti Washington qu'elle ne laisserait plus ses troupes violer le territoire pakistanais, a démenti un quelconque incident.
   
"Les troupes de la coalition dirigée par les Etats-Unis se sont approchées de la frontière en hélicoptère et (ont tenté) d'entrer au Pakistan mais des tirs des troupes pakistanaises les ont forcées à se replier", a assuré à l'AFP un haut responsable des forces locales de sécurité, sous couvert de l'anonymat.
   
Un autre haut responsable local a confirmé ces informations.
   
Selon ces sources, ces hélicoptères se seraient approchés à une centaine de mètres de la frontière et les tirs "de sommation" ont éclaté depuis le district tribal pakistanais du Waziristan du Sud, et où Washington tire régulièrement des missiles visant des combattants d'Al-Qaïda.
   
"Nous avons vérifié, il y a un poste des garde-frontières dans cette zone, aucun incident de ce genre n'est survenu", a cependant assuré à l'AFP le porte-parole de l'armée, le général Athar Abbas.
   
"Ces informations sont fausses, aucun hélicoptère n'a pénétré de notre côté de la frontière, aucun de nos soldats n'a tiré sur personne", a-t-il ajouté.
   
Ce nouvel incident, s'il est un jour confirmé que les troupes de la coalition ont bien tenté de pénétrer en territoire pakistanais, intervient alors que la tension monte entre Washington et Islamabad, pourtant son allié dans sa "guerre contre le terrorisme".
   
Les Etats-Unis ont menacé la semaine dernière de multiplier les opérations militaires dans les zones tribales pakistanaises frontalières de l'Afghanistan, et le chef de l'armée pakistanaise a juré de s'y opposer "à n'importe quel prix".
   
A l'aube du 3 septembre, des commandos américains héliportés depuis l'Afghanistan avaient attaqué un village pakistanais, tuant, selon Islamabad, 15 civils, dont des femmes et des enfants. Washington n'a jamais commenté cette attaque, mais ne l'a pas démentie non plus.
   
La semaine dernière également, des avions américains sans pilote drone ont tiré à quatre reprises des missiles dans le nord-ouest du Pakistan, qui ont fait au moins 38 morts, dont des civils, selon Islamabad.
   
Mercredi, le chef de l'état-major de l'armée américaine, l'amiral Michael Mullen, avait annoncé une nouvelle stratégie militaire prenant en compte "les deux côtés de la frontière".
   
Son homologue pakistanais, le général Ashfaq Kayani, avait aussitôt rétorqué que son armée empêcherait "à n'importe quel prix" que des armées étrangères violent à nouveau "l'intégrité du territoire pakistanais".
   
Washington estime que l'armée pakistanaise ne fournit pas assez d'efforts dans le cadre de sa "guerre contre le terrorisme".
   
De son côté, le Pakistan, seule puissance nucléaire militaire du monde musulman, estime avoir déjà payé un lourd tribut, avec plus d'un millier de soldats tués dans les zones tribales depuis 2002 et, plus de 1.200 morts dans une campagne sans précédent d'attentats suicide depuis plus d'un an.

Première publication : 15/09/2008

COMMENTAIRE(S)