Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Tony Parker : "On n'a jamais eu autant de talents dans notre équipe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK et Groupe Etat Islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

L’Apple Expo sans Apple

Dernière modification : 18/09/2008

L'Apple Expo se tient à Paris du 17 au 20 septembre au Parc des expositions. Deux absences remarquées : le gourou de la marque à la pomme, Steve Jobs, et le lancement de nouveaux produits. Est-ce la fin de l'apogée "Mac" ?

Pour la première fois, les fans de la marque à la pomme se baladent dans les travées du Parc des expositions à Paris [du 17 au 20 septembre] sans que leur grand gourou ne soit présent. "Apple a pris les organisateurs un peu de court en annulant sa présence juste avant l’été", raconte Alexandre Lenoir, journaliste au magazine spécialisé iCreate.
 
Un commercial fume une cigarette à l’extérieur du hall, l’air un peu perdu : "C’est beaucoup plus petit qu’avant ! Personne n’annonce rien de bien neuf." Ils sont un peu plus d’une centaine d’exposants à décliner au travers de leurs produits l’univers Apple, des stations d’accueil pour iPod aux logiciels pour Mac. Les organisateurs misent sur plus de 50 000 visiteurs, comme les années précédentes. Message : même sans Apple, ses iPod et autres restent incontournables. A voir.

Le iPod est devenu un incontournable

Les chiffres sont, en tout cas, éloquents. Les iPod représentent 75 % des ventes mondiales de baladeurs numériques.   "Apple est au top de sa domination", résume Rob Enderle, analyste financier en chef du cabinet américain EnderleGroup.
 
Depuis 2001, 150 millions d’iPod se sont vendus. "Steve Jobs est un génie du marketing. Il a fait de ses baladeurs des objets de mode, incontournables", explique Camille Gruhier, journaliste high-tech pour le magazine UFC-Que Choisir.
 
Mais Apple pratique également la stratégie de l’étouffement. "Ils ont des baladeurs pour tous les goûts et tous les prix", précise Camille Gruhier. Un écosystème cohérent s’est installé. "Tous les accessoires ou presque sont aujourd’hui conçus pour iPod. Même des marques comme Creative ou Philips, pourtant constructeurs de baladeurs, en fabriquent", souligne Rob Enderle. Il y a très peu d’espace pour la concurrence.
 

Archos a été le premier constructeur à mettre en vente un lecteur vidéo, concurrencé aujourd’hui par les nouveaux iPod. Le fabricant français espère maintenant une évolution des usages vers des "appareils plus universels". Ce qui pourrait créer un "appel d’air", selon Didier Gryshta, directeur commercial d’Archos.
 
Pour Sony, deuxième constructeur de baladeurs sur le marché européen, le credo est "liberté". "Nous avons abandonné il y a un an les formats propriétaires. Maintenant, l’utilisateur peut mettre n’importe quelle musique sur un baladeur Sony, et ça change la vie", affirme Fabrice Massin, responsable marketing du pôle audio de Sony.

"Le danger vient de l’intérieur"

 
Car chez Apple, une chanson téléchargée sur iTunes ne peut être lue que sur un iPod et ne peut être transférée vers un baladeur d’une autre marque. Un système fermé, dénoncé par beaucoup. "Ça ne peut faire perdre que quelque part de marché à Apple", assure Rob Enderle.
 
"Le plus grand danger vient toujours de l’intérieur", estime encore l’analyste américain. Dans certaines communautés de "macaddicts" [les drogués du Mac, ndlr], l’image d’Apple est en train de se dégrader. "Sa manière de vouloir tout contrôler passe mal", confirme le journaliste Alexandre Lenoir. "L’iPod existe sur un marché très volatile où les choses peuvent évoluer très rapidement, et si Apple s’aliène sa communauté ce sera très grave", ajoute Rob Enderle.
 

Lors de sa dernière présentation en août, Steve Jobs a dû s’excuser pour une erreur dans l’une de ses nouveautés. Une première et un signe pour Rob Enderle : "Cette erreur est typique d’une société qui a atteint un tel niveau de domination qu’elle ne se préoccupe plus que de maîtrise des coûts, plutôt que de qualité." D’une société comme Microsoft, à sa grande époque.

Première publication : 18/09/2008

COMMENTAIRE(S)