Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad au 20H

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du sud : l'armée déployée pour faire face aux violences xénophobes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le plan de Hollande pour l'emploi des jeunes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

Des coraux inconnus découverts en Australie

Dernière modification : 19/09/2008

Trois expéditions, menées par des biologistes américains, ont permis de découvrir des centaines d'espèces marines inconnues, essentiellement des coraux mous, dans la grande barrière de corail australienne.

Des centaines d'espèces marines inconnues, dont des coraux mous, des crustacés, des amphipodes et des vers, ont été découvertes dans la grande barrière de corail en Australie, ont annoncé jeudi des biologistes aux Etats-Unis.

Ces recherches sont menées dans le cadre du programme international du recensement de la vie marine (Census of Marine Life) lancé en 2003 à Washington.

Les trois expéditions faites aux îles du Lézard et du Héron ainsi que sur le récif de Ningaloo ont permis de mettre au jour quelque 300 espèces de coraux mous, dont la moitié totalement inconnues de la science, ainsi que des dizaines de familles de petits crustacés dont plusieurs paraissent nouvelles.

"Nous avons tous été emballés de découvrir une aussi grande variété de vie marine jamais décrite par la science, surtout des coraux mous mais aussi des isopodes, de nouveaux crustacés et des vers, et ce dans des eaux aisément accessibles", souligne dans un communiqué Julian Caley, de l'Institut australien de science marine (AIMS).

"Comparativement à ce que nous ignorons, nos connaissances de la vie marine ne représentent qu'une goutte d'eau dans la mer et faire l'inventaire de la diversité des espèces vivantes est un défi à la fois pour la science et l'imagination", ajoute le savant.

Selon les chercheurs, il pourrait y avoir d'un à neuf millions d'espèces différentes dans les récifs coralliens du monde.

Ces expéditions marquent le premier recensement des coraux mous, appelés octocoraux en raison de leurs huit tentacules, dont 150 sont inconnus.

Bien que ces animaux ne soient pas des producteurs de récifs coralliens, ils sont dominants dans plusieurs des zones étudiées et occupent 25% des fonds océaniques du monde.

Malgré une moisson riche en découvertes, les scientifiques pensent qu'ils en découvriront tout autant lors des prochaines expéditions prévues aux mêmes endroits lors des trois prochaines années pour poursuivre l'inventaire des espèces et mesurer l'impact du changement climatique.

La technique du code-barre désormais utilisée pour identifier et classer les espèces vivantes devrait faciliter le processus.

Les biologistes ont aussi été intrigués lors des expéditions par la découverte de différents isopodes, souvent appelés "vautours de mer" car ils se nourrissent de poissons morts. Certains dévorent la langue des poissons encore vivants.

Une centaine de ces animaux collectés n'ont pas encore été répertoriés.

Parmi les autres découvertes majeures, les chercheurs citent de nouveaux polychètes ainsi que des chétopodes, qui sont de la même famille que les sangsues et les vers de terre.

Ils décrivent des sortes crevettes dont certaines sont dotées de pinces plus grandes que leur corps ou encore une rare méduse cassiopeia.

Les chercheurs ont en outre étudié d'autres espèces comme les algues, les hérissons de mer et les mousses sur les coraux.

"Faire régulièrement un recensement de la biodiversité marine est la seule manière d'estimer et de réduire les risques écologiques pesant sur les coraux", relève Ian Poiner, directeur de l'Australian Institute of Marine Science.

"Les récifs coralliens sont menacés par l'acidité excessive des océans, la pollution, le réchauffement climatique et la sur pêche", rappelle-t-il.

Première publication : 18/09/2008

COMMENTAIRE(S)