Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

France 24 a consulté le "compte-rendu" de l'Otan

Dernière modification : 22/09/2008

FRANCE 24 a consulté le document de l'Otan sur l'embuscade au cours de laquelle dix soldats français ont été tués et qui constate leur manque de préparation. En France, les parlementaires votent sur le maintien des forces dans le pays.

Lire aussi : "Vote au Parlement sur la présence française en Afghanistan"


L’envoyé spécial de FRANCE 24 en Afghanistan, Lucas Menget,
a pu consulter le document de l'Otan, classé "secret", sur l'embuscade du 18 août qui a coûté la vie à dix soldats français à Saroubi. Ce document, dont l'existence a été révélée samedi par le journal canadien The Globe and Mail, constate que les soldats français étaient sous-équipés lors de l'attaque.

 

Lundi matin, Hervé Morin, le ministre français de la Défense, a admis sur la radio RTL l'existence d'un "compte-rendu d'un officier" de l'Otan sur l'embuscade, mais il a contesté le fait qu'il s'agisse d'un "rapport". D'après le ministre, il s'agit d'un "compte-rendu parcellaire effectué à chaud le lendemain ou dans les 48 heures après l'opération", à partir des éléments dont disposait un officier du JOC (Joint Operation Center), le centre opérationnel.

 

Dimanche, les autorités françaises et l’Otan avaient déjà démenti l’existence d'un tel rapport. Un responsable de l'Alliance, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, a toutefois déclaré à l'AFP qu'un courrier électronique, rédigé par un officier de l'Isaf (International Security Assistance Force) à l'adresse du quartier général de la force de l'Otan à Kaboul et dans lequel il exprimait son avis sur l'embuscade contre l'unité française, avait fait l'objet d'une fuite.

 
Un document "ordinaire"
 

Cette polémique intervient au moment où le Parlement français doit se prononcer, ce lundi, sur les suites à donner à l'engagement français en Afghanistan.

 

"Ce rapport existe bien, témoigne Graeme Smith, journaliste au quotidien canadien The Globe and Mail, interrogé par FRANCE 24. Ce qui est intéressant, c’est la sémantique utilisée par le démenti de l’Europe [la direction de l’Otan en Europe, ndlr ]. Ils disent qu’un rapport spécial n’existe pas. C’est exact : c’est un rapport tout à fait ordinaire."

 

"Le rapport est une procédure normale de l'Otan, à chaque fois qu'il y a une attaque d'envergure contre la coalition, explique Lucas Menget, qui a consulté le document. Mais par définition, ils ne sont jamais rendus publics. Ce rapport, de quatre pages, cartes à l'appui, donne une version un peu différente de la version officielle française."

 
Notre envoyé spécial détaille les principales informations du rapport :
 

1/ L'enquête de l'Otan affirme que la section du 8ème RPIMA n'avait qu'une seule radio pour contacter le commandement, et qu'elle n'a pas fonctionné pendant plusieurs heures après la mort du "radio", c'est-à-dire l'homme qui la porte, et qui a été tué le premier dans l'assaut. L'armée française affirme que la radio n'a cessé d'émettre que pendant 10 à 15 minutes. C'est par cette radio que sont demandés les appuis aériens à la coalition.

 

2/ Le rapport de l'Otan explique que les soldats français n'étaient pas assez préparés, et surtout pas assez armés. Ils n'avaient pas assez de chargeurs et n'ont eu que 90 minutes de munitions, face à des Taliban très bien préparés et organisés.

 

3/ Le rapport de l’Otan dit que "les forces de l'armée afghane se sont enfuies à pied". Alors que les sources militaires françaises en Afghanistan, citées par Lucas Menget, maintiennent qu'ils ont tenté d'aider les Français, mais n'ont pas réussi. Ce point est particulièrement sensible en ce moment, puisque l'enjeu de la mission de l'Otan est de former des soldats afghans. D'après le rapport, c'est un échec total de ce point de vue.

 

"Il faut souligner que le rapport n'accuse en rien la France, explique Lucas Menget. Il pointe les défaillances, et ce rapport doit en théorie servir pour empêcher que des embuscades du même type se produisent. Il souligne quand même que les Taliban sont particulièrement bien entraînés et équipés."

Première publication : 21/09/2008

COMMENTAIRE(S)