Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Le Pays basque frappé par deux attentats

Dernière modification : 21/09/2008

Au moins six personnes ont été blessées, dimanche, dans l'explosion d'une voiture piégée à Ondarroa, au Pays basque espagnol. Plus tôt dans la nuit, un autre véhicule explosait à Salburua, sans faire de victime.

Six personnes ont été blessées dimanche matin par l'explosion d'une voiture piégée devant un commissariat de la police régionale à Ondarroa, au Pays Basque (nord de l'Espagne), deuxième attentat de la nuit dans la région, pour lesquels l'organisation basque ETA est suspectée.

L'explosion d'Ondarroa a fait "six blessés légers", trois policiers et trois civils, a déclaré à l'AFP le ministère basque de l'Intérieur.

L'explosion s'est produite vers 04H30 (02H30 GMT). Elle n'a été précédée d'aucun appel d'avertissement aux autorités.

Le commissariat se trouve dans une zone éloignée des habitations, ceintes notamment par un parking et un terrain de football, a expliqué le ministère, ajoutant qu'il y avait des dégâts matériels "assez importants".

La zone était toujours bouclée par les autorités vers 08H00 du matin.

C'est le deuxième attentat au Pays Basque au cours de la nuit de samedi à dimanche, une autre voiture piégée ayant explosé vers minuit à Salburua, un nouveau quartier de la banlieue de Vitoria, sans faire de victime.

Les autorités avaient reçu un appel téléphonique d'avertissement vers 23H15, d'un interlocuteur se réclamant de l'ETA, a déclaré à l'AFP le ministère basque de l'Intérieur.

Cette explosion a eu lieu devant une banque, Caja Vital, causant des dégâts matériels "considérables", selon cette source. Le président de Caja Vital, Gregorio Rojo est le frère du président du Sénat espagnol, Javier Rojo.

Les deux attentats sont attribués à l'organisation séparatiste basque armée ETA par les médias espagnols, le ministère basque de l'Intérieur considérant cela très probable.

L'ETA, considérée comme une organisation terroriste par l'Union européenne, est tenue pour responsable de la mort de 823 personnes en 40 ans de violence pour l'indépendance du Pays Basque.

Sa dernière série d'attentats remonte au 17 août, quand elle avait placé trois bombes (dont deux ont effectivement explosé) sur le littoral à Malaga, en Andalousie (sud). Il n'y avait pas eu de blessés.

Mardi dernier, un policier a découvert une bombe ventouse sous sa voiture, qui n'avait pas explosé, à Bilbao, au Pays Basque.

Les attentats de la nuit surviennent alors que la justice espagnole a sévi à plusieurs reprises cette semaine contre la mouvance indépendantiste. Elle a interdit deux partis politiques indépendantistes basques, ANV et PCTV, accusés d'être liés au mouvement illégal Batasuna, le bras politique de l'ETA.

Elle a aussi condamné à des peines de huit et dix ans de prison, la direction du comité de soutien aux prisonniers de l'ETA, Askatasuna, considérée comme une émanation de l'organisation indépendantiste armée.
 

Première publication : 21/09/2008

COMMENTAIRE(S)