Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

L'Otan dément l'existence d'un rapport sur les soldats français

Dernière modification : 21/09/2008

Le journal canadien "The Globe and Mail" publie un document confidentiel de l'Otan selon lequel les dix soldats français tués dans l'embuscade du 18 août n'étaient pas suffisamment préparés. Paris et l'Otan démentent.

A la veille d'un vote au Parlement sur l'engagement français en Afghanistan, Paris et l'Otan sont montés au créneau dimanche pour démentir l'existence d'un rapport "secret" affirmant que les soldats français étaient sous équipés lors de l'embuscade meurtrière d'août.

   
La polémique sur les combats du 18 août (dix soldats français tués et 21 blessés par quelque 150 talibans dans la vallée d'Uzbeen, à l'est de Kaboul) a rebondi samedi avec l'annonce par le journal canadien Globe and Mail de l'existence d'un rapport "secret" de l'Otan selon lequel les Français avaient manqué de munitions et de moyens de communication, face à des rebelles bien équipés.
   
L'Otan et les autorités françaises ont démenti dimanche l'existence d'un tel document secret.
   
"Je suis en mesure d'affirmer qu'il n'y a eu aucun rapport, ni de l'Otan, ni de l'Isaf (la force internationale en Afghanistan) sur ces événements", a affirmé à l'AFP le porte-parole de l'Alliance, James Appathurai.
   
"L'Otan n'a aucun doute sur les capacités et l'entraînement des forces françaises", a-t-il aussi déclaré.
   
"Il n'y a pas de rapport de l'Otan", a confirmé pour sa part le porte-parole de l'état-major français, le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, qui a fait état de "rumeurs".
   
Mais il n'est pas impossible que l'annonce d'un tel rapport "secret", qui n'a jamais existé, trouve son origine dans les auditions de soldats impliqués dans ces combats meurtriers, a-t-il expliqué.
   
"On a recueilli des témoignages individuels, et partiels" de soldats sur cette embuscade, et ces témoignages ont pu provoquer des "rumeurs" qui ont ensuite pris la forme d'un "rapport secret", a-t-il dit à l'AFP.
   
Il n'en a pas moins démenti les principales affirmations du Globe and Mail, à la veille d'un vote -attendu positif- lundi au parlement, sur la poursuite de l'engagement militaire français en Afghanistan (3.300 militaires engagés, dont 2.600 en Afghanistan même).
   
Selon le journal citant le fameux "rapport", les soldats français n'avaient pas suffisamment de balles ni d'équipement de communication. Ils ont été obligés d'abandonner le combat après seulement 90 minutes d'engagement, à court de munitions, poursuit le quotidien canadien de référence.
   
Faux, répond le commandant Prazuck: "On a toujours été en mesure de répondre aux tirs des talibans. Dans des combats qui ont duré neuf heures, il y a eu réapprovisionnements, par des navettes d'hélicoptères", a-t-il ajouté.
   
Selon le journal canadien, les soldats français n'avaient qu'une seule radio, qui s'est trouvée rapidement hors service, empêchant les soldats d'appeler leurs camarades au secours.
   
Faux, explique le commandant Prazuck: "L'interruption des liaisons radio n'a duré que quelques minutes, lorsque le radio (le soldat portant l'émetteur-récepteur) a été tué".
   
Dans son article, le journal canadien explique encore, sur la fois de ce "rapport", que les insurgés afghans étaient, eux, extrêmement bien préparés, accompagnés de tireurs d'élite, entraînés aux techniques de guérilla et équipés en balles incendiaires.
   
"La précision de l'ennemi était très bonne", note le "rapport" cité par le journal.
   
Le journal ajoute par ailleurs que les talibans se sont vantés auprès de l'un de ses journalistes avoir fait des prisonniers parmi les soldats français durant cette embuscade.
   
Faux, affirme le commandant Prazuck: "Quatre corps de soldats ont été regroupés (par les talibans), mais il n'y a pas eu de prisonniers", a-t-il dit à l'AFP.

Première publication : 21/09/2008

COMMENTAIRE(S)