Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Un rapport mettrait en cause la préparation de l'armée française

Dernière modification : 21/09/2008

Le journal canadien "The Globe and Mail" affirme avoir eu accès à un document confidentiel de l'Otan, selon lequel les dix soldats français tués dans l'embuscade du 18 août dernier n'étaient pas suffisamment préparés.

Les soldats français pris dans une embuscade meurtière le 18 août dernier en Afghanistan manquaient cruellement de moyens face à leurs assaillants, rapporte dimanche un quotidien canadien, qui cite un rapport "secret" de l'Otan.


"The Globe and Mail" affirme s'être procuré une copie d'un document confidentiel donnant plus de détails sur les circonstances de l'incident au cours duquel dix soldats de l'armée française ont trouvé la mort.


D'après le quotidien, les soldats se sont retrouvés en manque de munitions après seulement 90 minutes de combats, alors que les affrontements auraient duré près de deux jours.


Le journal canadien poursuit en écrivant que les Français engagés dans ces affrontements ont rapidement perdu tout moyen de communication avec leur commandement, devant ainsi patienter de longues heures avant l'arrivée de renforts.


"Ceci est probablement dû au fait que la section française ne disposait que d'une radio", peut-on lire dans des extraits du rapport de l'Otan, qui précise que l'appareil est tombé en panne peu après le début des combats.


"The Globe and Mail" indique par ailleurs que le document classé secret souligne que les soldats ont été tués "lors de combats rapprochés", accréditant ainsi la thèse de l'arrivée tardive des renforts.


Autre fait nouveau, le rapport mentionne la présence de "tireurs d'élite" dans les rangs des taliban, "dont la précision était excellente".


Deux hypothèses


L'enquête de l'Otan avance deux hypothèses qui expliqueraient les circonstances de l'embuscade. "Soit les forces de l'Isaf ont pénétré dans un village truffé d'insurgés. Et dans ce cas, les taliban se sont retirés vers des positions défensives à l'approche de l'Isaf, avant d'exécuter un plan soigneusement préparé." "Soit les insurgés ont obtenu des renseignements sur l'itinéraire et la destination" des soldats, peut-on lire dans "The Globe and Mail", qui cite le rapport de l'Otan.


Le document confidentiel pointe par ailleurs le rôle des forces afghanes dans la tournure des événements, qui se sont enfuies à pied, peu après le début des combats, "laissant sur place leur équipement militaire, en proie à l'ennemi".


Samedi, plusieurs milliers de personnes - 2.000 selon la police - ont défilé à Paris entre la place de la République et celle de Clichy pour dénoncer la présence de troupes françaises en Afghanistan.


Cette manifestation survenait à deux jours du débat prévu lundi à l'Assemblée nationale sur ce sujet.


Selon un sondage BVA pour Orange et L'Express rendu public mardi, les Français sont à 62% opposés au maintien d'une présence militaire de la France en Afghanistan.
 

Première publication : 21/09/2008

COMMENTAIRE(S)