Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Un groupe inconnu revendique l'attentat du Marriott

Dernière modification : 22/09/2008

Les "Fedayin de l'islam" a revendiqué lundi soir l'attentat-suicide contre l'hôtel Marriott d'Islamabad, qui a fait plus de 60 morts samedi. Le Pakistan accuse les Taliban pakistanais liés à Al-Qaïda d'avoir perpétré cette attaque.

Lire aussi sur FRANCE24.COM : "Les zones tribales au Pakistan, terres de hors-la-loi"

 

Un groupe inconnu appelé les "Fedayin de l'islam" a revendiqué lundi la responsabilité de l'attentat suicide contre le grand hôtel Marriott d'Islamabad qui a fait au moins 60 morts samedi, dans un appel téléphonique à Al-Arabiya, a annoncé la chaîne de télévision basée à Dubaï.

Le correspondant de la chaîne à Islamabad a expliqué avoir reçu un texto sur son téléphone portable lui indiquant un numéro de téléphone, qu'il a composé pour tomber sur un répondeur. Dans le message enregistré, un correspondant disant s'appeler Ahmad Shah Abdali a revendiqué l'attentat au nom de ce groupe, les "Fedayin (combattants) de l'islam".

L'auteur du message parlait en anglais "avec un accent du sud-est asiatique", a précisé le journaliste.

Le message diffusé ensuite par Al-Arabiya souligne que l'objectif de l'opération est de "pousser les croisés américains hors du Pakistan et arrêter leurs ingérences (dans les affaires) du gouvernement, de l'armée, dans les medias, la sécurité et la religion".

"Par cette opération, nous avons visé près de 250 Marines américains et plusieurs autres responsables de l'Otan", dit l'interlocuteur qui conseille aux musulmans de "se tenir à l'écart des installations utilisées par les croisés américains et européens, car celles-ci sont notre cible".

Le message énumère dix conditions auxquelles les Américains doivent répondre pour éviter de nouvelles attaques.

Parmi ces conditions figurent "l'arrêt des ingérences américaines au Pakistan et en Afghanistan", "l'arrêt des frappes américaines à la frontière des Etats islamiques du Pakistan et d'Afghanistan", "la libération de tous les Pakistanais et autres moujahidine détenus dans les prisons secrètes américaines", parmi lesquels Khaled Cheikh Mohammed, soupçonné d'avoir été le cerveau des attentats 11 septembre 2001.

Le message réclame aussi que "les Etats-Unis ferment leur ambassade et missions diplomatiques" au Pakistan.

Un kamikaze a fait exploser samedi soir un camion de chantier rempli de 600 kg d'explosifs devant la barrière de sécurité de l'hôtel Marriott, réduisant l'établissement de luxe à l'état de ruine calcinée.

Au moins 60 personnes ont été tuées, selon des responsables policiers -- 53 selon un bilan officiel -- et 266 blessés dans l'attentat.

Les enquêteurs traquaient lundi une cellule d'Al-Qaïda à Islamabad, alors que le Pakistan a accusé les talibans pakistanais liés à Al-Qaïda d'avoir perpétré cet attentat suicide.

Le conseiller du Premier ministre pour l'Intérieur, Rehman Malik, a assuré dimanche que le TNT et le RDX, des explosifs à usage militaire parmi les plus puissants, étaient du même type que ceux utilisés pour deux précédents attentats, dont l'un -- contre l'ambassade du Danemark à Islamabad-- avait été revendiqué par Al-Qaïda.

Le pays est en proie à une vague d'attentats islamistes qui a fait près de 1.300 morts en plus d'un an.

Les spécialistes du réseau d'Oussama Ben Laden considèrent désormais que le nord-ouest du Pakistan est devenu "le nouveau front de la guerre contre le terrorisme".

Les Etats-Unis sont convaincus que les talibans afghans et Al-Qaïda ont reconstitué leurs forces dans ces zones tribales.

Les forces américaines en Afghanistan y multiplient les tirs de missiles ciblant les combattants fondamentalistes, mais sans épargner des civils, au grand dam d'Islamabad qui proteste en vain.

Première publication : 22/09/2008

COMMENTAIRE(S)