Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fifagate : L'Afrique du Sud rejette les accusations autour du mondial 2010

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA: Sepp Blatter se pose en victime

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Darfour, le conflit oublié

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Au Mexique, la guerre de la drogue continue de tuer

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'histoire du hip-hop racontée à l'IMA

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Quatre résistants au Panthéon : François Hollande en tête à tête avec l'Histoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Général Barrera : "le Mali n'est plus occupé par les terroristes"

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Marché transatlantique : avec les consommateurs, mais sans les citoyens ?

En savoir plus

L'annonce de la libération des otages est "prématurée"

Dernière modification : 25/09/2008

Les négociations pour libérer les touristes européens enlevés en Égypte "sont en cours", a rectifié un porte-parole du gouvernement égyptien après que le ministre des Affaires étrangères a annoncé que le groupe avait été relâché.

Un groupe de dix neuf personnes, dont 11 touristes européens, capturées au sud de l'Egypte restait toujours lundi aux mains de ravisseurs inconnus, après un cafouillage égyptien sur l'annonce de leur libération.

Provoquant l'étonnement au Caire, le chef de la diplomatie égyptienne, Ahmed Aboul Gheit avait annoncé de New-York que l'ensemble du groupe retenu en otage depuis vendredi au Soudan avait été libéré.

"Ils ont été libérés, tous, sains et saufs", avait-il déclaré à la presse, à l'occasion d'une rencontre avec son homologue américaine Condoleezza Rice en marge de l'Assemblée générale des Nations unies.

Mais cette annonce avait long feu, les ambassades d'Italie et d'Allemagne, nullement informées et très circonspectes, se refusant de la confirmer à l'AFP, tandis que des mises au point plus ou moins gênées se succédaient au Caire.

Le groupe kidnappé comprend onze touristes - cinq Italiens, cinq Allemands et une Roumaine ainsi que huit accompagnateurs Egyptiens, deux guides, quatre chauffeurs, un garde-frontière et l'organisateur du safari, directeur de l'agence Aegyptous Intertravel du Caire.

C'est l'agence MENA, canal habituel du pouvoir en de telles affaires, qui a d'abord fait savoir que les efforts égyptiens en faveur de la libération du groupe de touristes étaient "toujours en cours".

Sans même parler du sort des Egyptiens, il s'agissait en fait d'un démenti de l'annonce du chef de la diplomatie de la part d'un "responsable égyptien", non identifié, cité par la MENA.

Après avoir affirmé dans la journée que des contacts indirects étaient en cours avec ces "bandits" demandant une rançon, le ministre du tourisme, Zoheir Garrana, a indiqué à l'AFP "ne pas être au courant d'une telle libération".

Plutôt géné, le porte-parole du ministère des affaires étrangères indiquait plus tard dans un communiqué que les propos attribués à M. Aboul Gheit n'étaient "pas précis", autrement dit que son annonce était prématurée.

"Il s'agit de banditisme et non de terrorisme", ont toutes affirmé, de manière non discordante, les autorités égyptiennes après l'annonce dans la matinée de cette prise d'otages sans précédent.

L'enlèvement est intervenu à une dizaine de kilomètres de la frontière avec le Soudan, à Karkh Talh, aux confins arides au sud-ouest de l'Egypte, à 1000 km du Caire.

Il s'agit d'une immense vallée de dunes et de grottes préhistoriques en bordure des monts du Gilf el-Kebir, la grand barrière en arabe, plus au nord, et du Gebel Ouenat.

Les contacts avec les ravisseurs ont été engagés via la femme du directeur de l'agence de tourisme, Kirsten Butterweck-Abdel Rahim, qui est d'origine allemande, selon une source égyptienne.

Une source italienne au Caire a précisé que les Italiens, tous originaires de Turin, sont trois femmes et deux hommes.

M. Garrana a confirmé les informations de presse faisant état d'une demande de rançon mais de son montant qui irait 6 millions à 15 millions de dollars.

L'un des otages italiens a utilisé un téléphone satellite pour appeler sa femme et lui expliquer que le groupe avait été enlevé par cinq hommes masqués s'exprimant en anglais "avec un accent africain", a déclaré à l'AFP un responsable des services de sécurité égyptiens.

La région est accessible du Soudan par des pistes de contrebande, et peu éloignée du nord du Darfour où des rebelles affrontent le pouvoir central depuis 2003. Ces groupes rebelles ont démenti leur implication dans cet enlèvement.

Alors qu'il n'était qu'une poignée il y a vingt ans, un millier de touristes se sont rendus l'an dernier dans cette région reculée, payant 10.000 dollars par personne pour un safari de quinze jours. Une autorisation spéciale des autorités est nécessaire.

C'est la deuxième fois que des touristes y sont attaqués. Un groupe, comprenant des Allemands, a été victime en janvier de pillards qui ont complètement dépouillé leurs victimes, abandonnées dans le désert avec seulement un téléphone satellite, selon un voyagiste.

 

Première publication : 22/09/2008

COMMENTAIRE(S)