Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Le brut américain flambe, le Dow Jones rechute

Dernière modification : 23/09/2008

Les interrogations sur le plan de sauvetage du système financier ont poussé le dollar à la baisse et fait bondir le prix du baril léger de plus de 16 dollars lundi à Wall Street. Dans le même temps, le Dow Jones a cédé 3,28%.

Les prix du pétrole ont connu une flambée sans précédent lundi à New York, bondissant de plus de 16 dollars sur cette seule journée, pour finir à 120,92 dollars, poussés par la baisse du dollar et des facteurs techniques.
  
Le baril de "light sweet crude" pour livraison en octobre, dont c'était le dernier jour de cotation, a fini à 120,92 dollars, en hausse de 16,37 dollars par rapport à la clôture de vendredi.
  
Il est monté en séance à 130,00 dollars et a bondi de presque 30 dollars (plus de 30%) par rapport à son cours de clôture de mardi, journée au cours de laquelle il avait touché son plus bas depuis des mois.
  
"C'est une hausse sans précédent", a estimé Antoine Halff, de Newedge Group.
  
Ce chiffre énorme est en grande partie dû à l'expiration du contrat pour livraison en octobre, ont expliqué les analystes.
  
Le contrat pour livraison en novembre, prochain contrat de référence, a en effet connu une hausse bien moindre, de 6,62 dollars, à 109,37 dollars.
  
A Londres, le baril de Brent pour livraison en novembre, a pris 6,43 dollars à 106,04 dollars.
  
Avant l'expiration du contrat d'octobre, "les intervenants sur le marché sont forcés de payer un prix exorbitant pour liquider leurs positions", a relevé M. Halff.
  
Selon l'analyste, la flambée a été accentuée par le manque de liquidité sur le marché en raison de la crise financière.
  
Autre facteur renforçant les tensions sur le contrat d'octobre (qui porte sur des volumes devant être livrés dans des délais très rapprochés): les stocks de brut sont très bas aux Etats-Unis en raison des interruptions de productions dus au passage des ouragans Gustav et Ike, a expliqué M. Halff.
  
"Une proportion considérable de la production du golfe du Mexique reste hors service depuis le passage de l'ouragan Ike", a souligné Mike Fitzpatrick, de MF Global.
  
Selon le ministère américain, la production américaine du golfe du Mexique (1,3 million de barils de brut par jour), perturbée depuis trois semaines, n'avait repris lundi qu'à hauteur de 23,4%.
  
Les cours avaient déjà pris plus de six dollars vendredi, après l'annonce de l'intervention massive des autorités américaines pour soutenir le secteur financier.
  
Selon les analystes, ce plan avait rassuré le marché et éloigné les craintes d'un plongeon de l'économie, qui pourrait affecter la consommation de pétrole.
  
Il a aussi entraîné un recul du dollar, qui s'échangeait autour de 1,48 dollar pour un euro lundi, ce qui rend les matières premières vendues en dollars plus attractives pour les investisseurs munis d'autres devises.
  
"Le dollar est mis sous pression par la perspective d'un alourdissement conséquent de la dette américaine en raison du plan de sauvetage", chiffré à 700 milliards de dollars, a ajouté M. Fitzpatrick.
  
Par ailleurs, "l'Iran se querelle avec l'AIEA (Agence internationale pour l'énergie atomique, ndlr) à propos de son programme nucléaire et les importations de pétrole brut de la Chine ont augmenté de 11,4% sur un an, après avoir chuté en juillet", a relevé M. Fitzpatrick.
  
L'AIEA a une nouvelle fois, lundi, appelé l'Iran, quatrième producteur mondial de pétrole, à faire toute la lumière sur les éventuels volets militaires de son programme nucléaire.
  
Le marché s'inquiète également des violences qui ciblent les groupes pétroliers au Nigeria, deuxième producteur africain de brut.
  

Première publication : 22/09/2008

COMMENTAIRE(S)