Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Quatre résistants au Panthéon : de la mémoire nationale au symbole politique

En savoir plus

TECH 24

"One Heart One Tree" : l'œuvre tech et arty à décourvir sur Kickstarter

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Impôts : retour à la source ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le jeu dangereux de David Cameron

En savoir plus

#ActuElles

Sortir les femmes des oubliettes de l’Histoire

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : Abu Azrael, "le Rambo d’Irak"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paolo Rumiz, l'appel du large

En savoir plus

FOCUS

Immigration aux États-Unis : Nashville accueille la première communauté kurde du pays

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sepp Blatter : "Envers et contre tous"

En savoir plus

Le plan de relance américain ne rassure plus les Bourses

Dernière modification : 23/09/2008

En écho aux Bourses asiatiques, les principales places financières européennes ont ouvert en baisse, reflétant ainsi les doutes qui commencent à poindre chez les investisseurs au sujet du plan de sauvetage américain.

Les principales Bourses européennes et de la zone Asie-Pacifique perdaient du terrain mardi, les investisseurs commençant à avoir des doutes sur l'efficacité du plan de sauvetage du secteur financier américain.

A Paris, le CAC 40 cédait 1,50% à 4.160,09 points à 08H15 GMT, dans un marché qui s'interrogeait sur les modalités concrètes du plan de sauvetage des marchés financiers. L'indice vedette de la place parisienne avait déjà cédé 2,34% lundi, loin de l'euphorie de vendredi, lorsque la place parisienne avait signé un gain historique de 9,27%, une hausse journalière record depuis sa création il y a vingt ans.

A la même heure, le Dax abandonnait 0,61% à Francfort et le Footsie lâchait 1,57% à Londres. Ces deux indices avaient eux aussi déjà perdu du terrain lundi, après avoir fortement rebondi vendredi.

Toujours à 08H15 GMT, le RTS de la Bourse de Moscou perdait 1,69% et l'Eurostoxx 50 abandonnait lui 1,07%.

Globalement, les places financières asiatiques étaient également moroses mardi.

Le Hang Seng a cédé 3,87% à Hong Kong à la clôture mardi, et l'indice composite de la Bourse de Shanghai a perdu 1,56%, sous l'effet de prises de bénéfices, selon des courtiers.

A la clôture également, le S&P/ASX200 de Sydney a perdu 1,93%, la Bourse de Nouvelle-Zélande 0,85% et Manille 1,34%. A l'inverse, Séoul a gagné 1,44% et Taïpeh 1,17%.

Peu avant la clôture, à 08H15 GMT, le Straits Times de Singapour perdait 2,35%, Kuala Lumpur lâchait 0,29%, Jakarta 1,29%, Bombay 1,66% et Bangkok 1,03%.

La Bourse de Tokyo était fermée en raison d'un jour férié.

Le gouvernement américain a commencé lundi à négocier avec le Congrès l'approbation d'un plan de 700 milliards de dollars destiné à assainir Wall Street. La majorité démocrate du Congrès a indiqué espérer un vote rapide sur ce plan de renflouement sans précédent, même si les deux candidats à l'élection présidentielle ont, de leur côté, exprimé des réserves.

En proie au doute après l'euphorie des derniers jours, l'indice Dow Jones de la Bourse de New York avait cédé lundi 3,27% et le Nasdaq 4,17%.

En attendant l'issue des pourparlers au Congrès, les détenteurs d'actions asiatiques ont pris leurs bénéfices après les fortes hausses des dernières séances et se sont tournés vers les valeurs sûres comme l'or et le pétrole.

L'once d'or a ouvert à 906,50 dollars mardi à Hong Kong, soit près de 30 dollars de plus que la veille. Le cours du baril de pétrole se repliait légèrement lors des premiers échanges en Asie après une flambée sans précédent de plus de 16 dollars la veille à New York.

Selon David Rosenberg, économiste en chef pour l'Amérique du Nord chez Merrill Lynch, le plan de sauvetage préparé par l'administration américaine ne soulagera que provisoirement les tourments actuels de l'économie.

"Nous ne pensons pas que cela changera beaucoup la donne, à savoir que l'économie américaine est en récession et va probablement le rester", écrit-il dans une note intitulée "Le capitalisme prend un congé sabbatique".

"Au mieux (le plan de sauvetage) ne fait qu'éviter le pire des scénarios: l'effondrement total du système financier mondial et une profonde récession planétaire", poursuit-il, en notant que le coût du plan de renflouement revient pour les Etats-Unis "à se lancer dans une nouvelle guerre en Irak".

Sur le marché des changes, le dollar souffrait, les intervenants s'attendant à une aggravation considérable de la dette publique américaine.

Première publication : 23/09/2008

COMMENTAIRE(S)