Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Namibie : des communautés massacrées au début du 20e siècle demandent réparation à l’Allemagne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Dilma Rousseff : "Le procès de Lula est truffé d'erreurs"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mélanie Thierry bouleversante dans "La douleur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mike Pence, messianique devant la Knessset"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le 48ème forum de Davos ouvre ses portes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Merci qui? Merci François Hollande"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

George Weah : la légende du football officiellement président du Liberia

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrine : une balle dans le pied d'Erdogan ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (partie 2)

En savoir plus

Sarkozy propose la tenue d'un sommet sur la crise financière

Dernière modification : 25/09/2008

À la tribune de l'ONU, le chef de l'État français a proposé la tenue, en novembre, d'un sommet des dirigeants des pays les plus concernés par la crise financière. Un rassemblement organisé sur la base du G8, a-t-il précisé.

Le président français Nicolas Sarkozy a précisé que le sommet international qu'il a proposé mardi sur la crise financière internationale se déroule en novembre sur la base du G8 et avec une "possibilité d'ouverture sur les pays émergents".

"Ma proposition, c'est au mois de novembre parce qu'on peut espérer y voir plus clair. Ca n'est pas une réunion à chaud en plein dans la crise, mais en même temps c'est avant la fin de l'année, donc on peut tirer les conséquences", a déclaré M. Sarkozy lors d'une conférence de presse.

"Le format, c'est à partir du G8 mais avec une possibilité d'ouverture sur les pays émergents", a également dit le président en exercice de l'Union européenne (UE). "La logique, c'est quand même le G8, puisqu'il s'agit des huit plus grandes économies du monde mais je ne voudrais pas fermer le débat", a-t-il poursuivi.

"Je souhaite que ça concerne les chefs d'Etat et de gouvernement, les autorités de régulation", a-t-il également indiqué.

Interrogé sur ce qu'il attend d'un tel sommet international, Nicolas Sarkozy a estimé qu'il pourrait permettre d'"utilement dégager des principes et de nouvelles règles".

Parmi les questions "capitales" à évoquer, il a cité pêle-mêle "les agences de notation", "l'évaluation des bilans et de la solvabilité de la banque", "la question des +hedge funds+ (fonds spéculatifs à risque)", les "rémunérations", la "coordination et l'échange de l'information" ou "la confiance rétablie du système financier".

Selon lui, le sommet pourrait aussi bien se dérouler à Londres qu'à Washington, New York, Bruxelles ou Paris. "La question du lieu n'est pas un préalable", a-t-il indiqué.

Le G8 comprend l'Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, le Japon, l'Italie et la Russie.

Première publication : 23/09/2008

COMMENTAIRE(S)