Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Le président Sarkozy à Toulon pour parler de la crise financière

Texte par Marie Sophie JOUBERT

Dernière modification : 24/10/2008

Nicolas Sarkozy doit s'exprimer jeudi à Toulon sur la crise économique qui, aggravée par la débâcle de la finance mondiale, préoccupe les Français. Il pourrait revenir sur la nécessité de revoir les règles des marchés financiers.

A la veille de la présentation du budget français, le président français Nicolas Sarkozy doit s'exprimer jeudi à Toulon sur la crise économique mondiale, principale préoccupation de ses compatriotes.

 

Son discours devrait faire écho à l’appel à reconstruire un capitalisme régulé qu’il a lancé mardi au nom des 27 pays de l’Union européenne, depuis la tribune des Nations unies.

 

Lors d'une conférence de presse en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, Nicolas Sarkozy a également proposé à ses pairs de se réunir, en novembre, pour "réfléchir ensemble aux leçons à tirer" de cette crise.

 

Le Japon, qui assure actuellement la présidence du G8, a déclaré qu’il allait étudier la proposition.

 

Un travail titanesque

 

L’ensemble de la communauté internationale tente de trouver des solutions à la crise historique qui secoue la planète financière et elle appelle, avec la France, à une meilleure régulation des marchés "pour prévenir d’autres abus" explique Douglas Herbert, spécialiste économie de FRANCE 24. Ce dernier ajoute qu’ "ils veulent revoir l’architecture financière mondiale en place depuis plus de soixante ans."

 

En pratique, cela implique de nombreux changements, expliquent les spécialistes. Il faudrait notamment améliorer la transparence dans les produits, s’assurer que les banques aient une plus grande réserve de capitaux, harmoniser les règles d’un pays à l’autre, revoir le travail des agences de notation, l'évaluation des bilans et de la solvabilité de la banque, et surtout mieux protéger les consommateurs.

 

Un travail titanesque donc. Mais, pour l’instant, il s’agit surtout de parer au plus urgent afin d’éviter la propagation la crise.

  

Parer au plus urgent

 

Depuis samedi, le Congrès américain discute d’un plan de sauvetage, qui pourrait atteindre 700 milliards de dollars, destiné à assainir Wall Street et à relancer un marché totalement paralysé. Une mesure palliative qui, si elle redonne un second souffle au système, ne change en rien les pratiques.

 

"Il faut désengorger l’embouteillage et réinstaurer un climat de confiance mais il ne faut pas s’arrêter là", explique Eric Tille, professeur d’économie à l'Institut des hautes études internationales et du développement (HEID).

 

Il rappelle cependant qu’"on ne peut pas repartir de zéro". La question est donc de trouver les bons remèdes. "Qu’importe qu’une voiture ait quatre portières de couleurs différentes, du moment qu’elle roule", ironise l’expert.

 

Première publication : 25/09/2008

COMMENTAIRE(S)