Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

A l'origine de l'instabilité dans l'est du Congo

Dernière modification : 12/10/2008

Les rebelles hutus rwandais sont entrés dans la région en 1994 après avoir participé au génocide du Rwanda. Deux ans plus tard, l'armée rwandaise, à leurs trousses, envahissait la région. Depuis, le Kivu a sombré dans la violence.

Quinze ans après le génocide au Rwanda, au cours duquel 800 000 Tutsis ont été tués en 1994, que sont devenus les génocidaires ? Si certains Hutus, cerveaux des massacres ont été jugés par le tribunal d'Arusha, les simples exécutants ont fui vers le Congo voisin. Pris en chasse par l'armée rwandaise, seuls les hommes en arme ont survécu avec leurs familles. Ils sont aujourd’hui près de dix mille réfugiés rwandais hutus dans les forêts de l'est du Congo.

Ces anciens seigneurs de guerre, qui refusent de plaider coupable, voir même de reconnaître la réalité du génocide, règnent en maître sur la zone. Ils préfèrent se poser en victime et rappeler les massacres qu'ils ont eux-mêmes subis après le génocide de 1994. Près de 300 000 Hutus ont disparu dans les forêts de l'est du Congo. La communauté internationale n'a jamais enquêté sérieusement sur ces massacres.
  
Armés jusqu'aux dents, les rebelles hutus sont accusés de multiplier tortures et viols sur les populations congolaises, sous les yeux impuissants des forces de l'ONU. "Chaque mois, au moins une quinzaine de viols sont commis ici. Les rebelles hutus rwandais violent les femmes, ils prennent aussi nos récoltes et nos poules. Ici, personne ne nous protège. Nous sommes désespérés par cette situation", déclare Jeanette Kavira, membre de l’ONG Heal Africa.
 
L'armée congolaise censée protéger les civils de cette zone est plutôt occupée à exploiter la forêt. Certains chefs contrôlent le commerce du bois, leurs sous-fifres se contentent du charbon. C'est pourtant avec cette armée que la Monuc, la Mission des Nations unies au Congo, est censée travailler et convaincre les rebelles de déposer leurs armes. Des rebelles, qui caressent le rêve d'un dialogue politique au Rwanda, ou d'un retour en force. En attendant, ils imposent leur loi sur la forêt du Congo.
 

Première publication : 26/09/2008

COMMENTAIRE(S)