Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : les enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

A l'origine de l'instabilité dans l'est du Congo

Dernière modification : 12/10/2008

Les rebelles hutus rwandais sont entrés dans la région en 1994 après avoir participé au génocide du Rwanda. Deux ans plus tard, l'armée rwandaise, à leurs trousses, envahissait la région. Depuis, le Kivu a sombré dans la violence.

Quinze ans après le génocide au Rwanda, au cours duquel 800 000 Tutsis ont été tués en 1994, que sont devenus les génocidaires ? Si certains Hutus, cerveaux des massacres ont été jugés par le tribunal d'Arusha, les simples exécutants ont fui vers le Congo voisin. Pris en chasse par l'armée rwandaise, seuls les hommes en arme ont survécu avec leurs familles. Ils sont aujourd’hui près de dix mille réfugiés rwandais hutus dans les forêts de l'est du Congo.

Ces anciens seigneurs de guerre, qui refusent de plaider coupable, voir même de reconnaître la réalité du génocide, règnent en maître sur la zone. Ils préfèrent se poser en victime et rappeler les massacres qu'ils ont eux-mêmes subis après le génocide de 1994. Près de 300 000 Hutus ont disparu dans les forêts de l'est du Congo. La communauté internationale n'a jamais enquêté sérieusement sur ces massacres.
  
Armés jusqu'aux dents, les rebelles hutus sont accusés de multiplier tortures et viols sur les populations congolaises, sous les yeux impuissants des forces de l'ONU. "Chaque mois, au moins une quinzaine de viols sont commis ici. Les rebelles hutus rwandais violent les femmes, ils prennent aussi nos récoltes et nos poules. Ici, personne ne nous protège. Nous sommes désespérés par cette situation", déclare Jeanette Kavira, membre de l’ONG Heal Africa.
 
L'armée congolaise censée protéger les civils de cette zone est plutôt occupée à exploiter la forêt. Certains chefs contrôlent le commerce du bois, leurs sous-fifres se contentent du charbon. C'est pourtant avec cette armée que la Monuc, la Mission des Nations unies au Congo, est censée travailler et convaincre les rebelles de déposer leurs armes. Des rebelles, qui caressent le rêve d'un dialogue politique au Rwanda, ou d'un retour en force. En attendant, ils imposent leur loi sur la forêt du Congo.
 

Première publication : 26/09/2008

COMMENTAIRE(S)