Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

L'Espagne veut pousser la France à interdire Batasuna

Dernière modification : 29/09/2008

L'étau se resserre sur le parti Batasuna. Interdit en Espagne depuis 2003, l'ex-parti indépendantiste basque est menacé du même sort en France. José Luis Zapatero a assuré qu'il pensait "demander à la France d'interdire Batasuna".

Considéré par l'Etat Espagnol comme la branche politique de l'organisation terroriste ETA, Batasuna est dans la ligne de mire de la justice espagnole et du gouvernement Zapatero. La répression contre l'organisation s'est intensifiée depuis juin 2006, date de la rupture du cessez-le-feu engagé entre le gouvernement et l'ETA.

Après les arrestations, mercredi 24 septembre, de onze membres présumés de Batasuna au Pays basque français, le président du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, a assuré jeudi en marge de l'assemblée générale de l'ONU qu'il "n'excluait pas de demander à la France d'interdire Batasuna."
 
La justice espagnole est sur la même ligne. Quelques heures plus tard, dans un communiqué, Javiez Zaragoza, l'avocat général de l'audience nationale espagnole, a proposé sa "collaboration sans condition pour élaborer un processus pénal permettant d'interdire Batasuna en France."

Ces annonces interviennent dans un contexte de reprise des violences au Pays basque espagnol, marqué par plusieurs attentats ayant même entraîné la mort d'un militaire, lundi 22 septembre à Santona (Cantabrie).
 
La collaboration franco-espagnole apparaît comme la pierre angulaire de la lutte contre l'indépendantisme radical. "Dans les années 1980, l'ETA était considéré par la France comme étant un problème espagnol, rappelle à FRANCE 24 Antonio Elorza, politologue à l'université Complutense de Madrid. A cette époque, les membres d'ETA voyageaient entre les deux pays comme des poissons dans l'eau de mer. Depuis son arrivée au pouvoir, Nicolas Sarkozy a considérablement aidé l'Espagne dans la lutte contre l'ETA."

Si elle joue un rôle important dans l'organisation, la branche française de Batasuna est moins opérationnelle que son binôme espagnol. "Les situations de Batasuna en France et en Espagne sont très différentes, estime Antonio Elorza. Batasuna Espagne, c'est clairement l'expression politique de l'ETA, sur le modèle du Sinn Fein et de l'Ira en Irlande."

Selon le politologue madrilène, "l'ETA est active en Espagne. Jusqu'à présent, 15 % de la population basque a soutenu l'organisation terroriste. C'est là que se trouve le rapport privilégié d'ETA et de Batasuna, un rapport qui ne peut pas exister en France. Il y a un soutien de la population qui est beaucoup plus restreint. Des deux côtés des Pyrénées, les stratégies de Batasuna sont différentes mais complémentaires."

Première publication : 26/09/2008

COMMENTAIRE(S)