Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Le Benelux injecte 11,2 milliards d'euros dans Fortis

Dernière modification : 29/09/2008

L'Etat belge annonce la nationalisation de la banque en crise Fortis, basée en Belgique et aux Pays-Bas. Un peu plus tôt, la banque française BNP Paribas avait proposé une offre informelle de rachat.

Une offre informelle présentée dimanche après-midi par la banque française BNP Paribas n'a pas été retenue par les autorités belges qui semblent avoir préféré une nationalisation, a-t-on déclaré à Reuters de source proche des discussions.

Selon cette même source, BNP Paribas avait proposé un prix de 1,6 euro par action Fortis. La première banque française par capitalisation exigeait des garanties de la part des pouvoirs publics pour couvrir jusqu'à six milliards d'euros de possibles pertes à venir de la part de la banque belgo-néerlandaise.


"En début d'après-midi, ING a dit qu'elle n'était pas intéressée et un peu plus tard BNP Paribas a dit qu'elle était intéressée mais avec des conditions de garanties", a déclaré cette source. "En fin d'après-midi le gouvernement belge a décidé de préférer la nationalisation", a-t-elle ajouté.


"Entre nationaliser ou vendre à quelqu'un qui demande des garanties, l'Etat belge a dit qu'il préférait nationaliser", a-t-elle poursuivi.


Tout au long du week-end, les autorités belges, luxembourgeoises et néerlandaises ont multiplié les réunions pour venir au secours de la banque Fortis, confrontée à une grave crise de confiance des marchés.

Première publication : 28/09/2008

COMMENTAIRE(S)