Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

Le "camp des étoiles", base stratégique de l'Eufor

Dernière modification : 01/10/2008

Environ 1300 soldats de l'Eufor vivent au "camp des étoiles". Dans cette région isolée où le thermomètre atteint régulièrement les 45 degrés°C, il faut faire venir de l'eau, climatiser les installations et protéger les équipements.

Le "camp des étoiles", une base sortie de nulle part dans l'est du Tchad. Aujourd'hui, 1300 soldats vivent ici. Un tiers s'occupe de la logistique. Dans cette région isolée où le thermomètre atteint régulièrement les 45 degrés, il faut faire venir de l'eau, climatiser certaines installations, protéger les équipements du sable. Des tonnes de matériaux sont importé d'Europe; un voyage qui dure parfois plus d'un mois.

 

"Le vrai défi, il était là, partir de rien. Là où nous sommes actuellement, il y a six mois c'était un désert, plat comme la main. Et actuellement, comme vous pouvez voir, c'est une vraie petite ville. Et les jeunes générations le comprendront: je joue à 'Sim City'. Car comme à 'Sim City', nous sommes partis de rien et on a construit une ville", explique le colonel Kempf, en charge du bataillon logistique. Un jeu vidéo de gestion grandeur nature auxquels participent près de vingt Etats.

 

Certains ont même pensé à faire venir leurs spécialités, qui deviennent un véritable luxe en plein désert. C'est ainsi que les Espagnols ont un jambon qu'il partagent à l'occasion. Les Français, eux, ont leurs boulangers qui fabriquent 900 baguettes par jour. Et enfin, l'objet de toutes les curiosités: le sauna des Finlandais. Il atteint 80 degrés et, du coup, par contraste, l'air ambiant semble frais.

 

L'anglais est la langue de communication entre tous ces hommes, même si les Français constituent la moitié des troupes.

Première publication : 28/09/2008

COMMENTAIRE(S)