Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Les limites du mandat de l'Eufor

Dernière modification : 01/10/2008

Les troupes de l'Eufor ne peuvent pas arrêter les bandits qui sévissent dans l'est du Tchad. Nombreux sont ceux dans la région qui remettent en cause le mandat des soldats européens.

Le village de Troan, dans l'est du Tchad. C'est la première fois que les habitants croisent des soldats de l'Eufor.

 

"On a besoin de votre protection. Vous devez arrêtez les coupeurs de route et les bandits. C'est les bandits là-bas, ce sont des Zaghawas", explique un villageois. Les Zaghawas, l'ethnie du président tchadien. Ce sont eux aussi que la population accuse d'avoir tué 3 personnes en tentant de voler du bétail quelques jours auparavant.

 
L’'Eufor suscite beaucoup d'espoir qui risque d'être déçu. Ils ne sont que 3 000 hommes pour couvrir un territoire aussi vaste que la moitié de la France et surtout ils n'ont pas les pouvoirs de police qui leur permettrait d'arrêter les brigands.
 

Le général Ganascia, qui est à la tête de l’Eufor sur le terrain, affirme: "Lorsque nous serons partis, dans quelques jours, les choses reprendront peut-être encore une fois parce qu'il y a trop d'armes, parce qu'il n'y a pas d'ordre ni de justice établie. C’était ni notre mission ni notre vocation. On peut peut-être dire que l’intérêt de notre présence aura été de mettre en valeur que la réponse n’était pas forcément militaire."

 

Un constat d'impuissance désabusé après seulement six mois de présence.

Première publication : 28/09/2008

COMMENTAIRE(S)