Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Tony Parker : "On n'a jamais eu autant de talents dans notre équipe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK et Groupe Etat Islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

Pour Trichet, l'Europe ne doit pas imiter les États-Unis

Dernière modification : 01/10/2008

L'Union européenne a les moyens de faire face à la crise financière internationale et ses gouvernements ont correctement agi jusqu'à présent, a déclaré le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet.

Le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, a estimé mardi que l'Europe n'avait pas "de raison d'imiter les Etats-Unis", dont le gouvernement a présenté un plan de sauvetage des institutions bancaires face à la crise financière.

"Il n'y a pas de raison d'imiter les Etats-Unis", a expliqué M. Trichet, interrogé lors du journal de France 2. "Nous ne pouvons pas avoir, de par notre propre structure européenne, la même chose que les Etats-Unis", a fait valoir le président de la BCE.

"Nous devons trouver ce qui est approprié pour nous", a encore estimé M. Trichet.

La Chambre des représentants américains a rejeté lundi un plan gouvernemental de sauvetage des banques pour 700 milliards de dollars mais le président George W. Bush a assuré mardi que les efforts se poursuivaient pour faire adopter un tel plan par le Congrès américain.

M. Trichet s'est dit par ailleurs "très heureux" de la capacité de réaction des gouvernements européens face à la crise, alors que la France, la Belgique et le Luxembourg ont volé au secours de la banque Dexia, et l'Allemagne a apporté son soutien à Hypo Real Estate.

"Les gouvernements se sont mobilisés de manière, je dois dire, impressionnante, lorsqu'il le fallait", s'est félicité M. Trichet.
 

Première publication : 01/10/2008

COMMENTAIRE(S)