Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Kouchner sceptique sur un accord d'ici fin 2008

Dernière modification : 04/10/2008

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a rappelé la nécessité d'un État palestinien au terme d'un entretien avec le Premier ministre palestinien Salam Fayyad, mais estime peu probable la conclusion rapide d'un accord.

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a rappelé samedi à Jénine la nécessité d'un Etat palestinien tout en estimant peu probable un accord en ce sens d'ici la fin de l'année.

"Nous étions supposés disposer d'un document, pas d'un résultat définitif mais de quelque chose, avant la fin de l'année, et nous savons tous à présent que cela prendra un peu plus de temps", a affirmé M. Kouchner à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre palestinien Salam Fayyad.

"Il est important d'aller de l'avant sur la même voie. Je ne sais pas si nous verrons un Etat palestinien avant la fin de l'année, mais je sais que cet Etat est absolument nécessaire, c'est une clef indispensable. Nous avons besoin d'un tel Etat", a-t-il affirmé.

Selon lui, "un Etat palestinien indépendant et démocratique sera le garant de la sécurité d'Israël".

Qualifiant M. Kouchner d'"ami du peuple palestinien", M. Fayyad a salué "la position très en pointe de la France au sein de l'Union européenne", dont elle assume actuellement la présidence tournante.

M. Kouchner a entamé samedi une visite en Cisjordanie et en Israël destinée à plaider pour le maintien des efforts de paix, dans un contexte d'incertitudes politiques en Israël et aux Etats-Unis.

Les flottements liés à l'élection américaine et aux turbulences politiques israéliennes, où la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni tente de former un cabinet "font que nous sommes dans un trou d'air" sur ce dossier, reconnaît un haut diplomate français.

Impliqué dans des scandales de corruption, le Premier ministre israélien Ehud Olmert est démissionnaire et Mme Livni lui a succédé à la tête du parti centriste Kadima.

Arrivé vendredi soir dans la région, M. Kouchner a visité samedi matin Jénine en compagnie de M. Fayyad pour rendre hommage aux efforts de l'Autorité palestinienne visant à instaurer la sécurité sur place.

Il devait rencontrer en soirée le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah et s'entretenir dimanche avec les principaux dirigeants israéliens, notamment M. Olmert et Mme Livni.

Sa visite s'inscrit dans la foulée de la réunion du Quartette (Etats-Unis, Russie, ONU, UE) la semaine dernière à New York, qui a appelé les deux camps à "déployer tous les efforts nécessaires" pour un accord de paix avant la fin de l'année.

Selon un haut diplomate français, M. Kouchner doit notamment insister auprès de l'Etat hébreu pour qu'il allège les restrictions aux déplacements dans les Territoires palestiniens, qui asphyxient l'économie locale.

Il entend également mettre l'accent auprès de ses interlocuteurs israéliens sur le gel de la colonisation juive en Cisjordanie.

M. Kouchner compte également faire le point sur le suivi de la conférence de Paris sur l'aide aux Palestiniens, à la suite de laquelle plus de 1,4 milliard de dollars d'aide budgétaire directe ont été versés à ce stade à l'Autorité palestinienne, selon les chiffres fournis par Paris.

Cette conférence, qui s'était tenue en décembre, avait débouché sur des promesses d'aide budgétaire et d'aide à des projets de développement pour un montant de 7,7 milliards de dollars en trois ans.

M. Kouchner souhaite aussi faire avancer la réflexion des 27 sur leur coopération avec la future administration américaine qui sortira du duel électoral entre le républicain John McCain et le démocrate Barack Obama.

Paris souhaite voir l'UE présenter rapidement au prochain locataire de la Maison Blanche un document sur la coopération transatlantique dans les grands dossiers comme le conflit israélo-palestinien ou la situation en Afghanistan. Cette réflexion a été amorcée lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union en septembre à Avignon (sud de la France).
 

Première publication : 04/10/2008

COMMENTAIRE(S)