Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Virus Ebola : l'inquiétude grandit à travers le monde

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

Kouchner estime qu'Israël ne cédera pas sur le nucléaire iranien

Dernière modification : 05/10/2008

Dans une interview publiée par le quotidien israélien Haaretz, le chef de la diplomatie française a estimé qu'Israël agirait contre l'Iran avant même que la République islamique ne possède sa première bombe atomique.

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a estimé qu'Israël agirait contre l'Iran avant que ce pays ne possède sa première bombe atomique, dans une interview publiée dimanche par le quotidien israélien Haaretz.

"Israël a toujours dit qu'il n'attendrait pas que la bombe (iranienne) soit prête. Je pense que les Iraniens le savent. Tout le monde le sait", a déclaré M. Kouchner. Le ministre français a également estimé que la production d'une première bombe atomique par l'Iran ne dissuaderait pas Israël d'agir.

"Je ne pense pas honnêtement que cela conférera la moindre immunité à l'Iran. En premier lieu parce que vous (les Israéliens) les frapperez avant".

Cette interview, réalisée en anglais, a été publiée peu avant que le ministre français ne rencontre dimanche à Jérusalem le Premier ministre démissionnaire Ehud Olmert, le ministre de la Défense Ehud Barak ainsi que la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, chargée de former un nouveau gouvernement.

Bernard Kouchner a rencontré samedi les dirigeants palestiniens en Cisjordanie dont le président Mahmoud Abbas.

"L'Iran doté d'une bombe atomique est tout à fait inacceptable", a ajouté Bernard Kouchner. Interrogé sur la manière d'éviter que l'Iran parvienne à ce résultat, le ministre a répondu: il faut "parler, parler, parler, en offrant un dialogue, des sanctions, des sanctions, des sanctions".

"Depuis l'élection du président (français Nicolas) Sarkozy notre stratégie est la même: des sanctions mais toujours assorties de dialogue".

Le ministre a toutefois reconnu que ce dialogue n'avait pas donné de "résultat réel" jusque-là.

"Je sais que certaines personnes en Israël et dans l'armée préparent une solution militaire, ou pas de solution mais une attaque militaire. (...) Cela ne constitue pas, selon mon opinion, une solution", a poursuivi le chef de la diplomatie française.

D'après lui, les estimations des renseignements français ne concordent pas avec ceux des renseignements israéliens sur l'état d'avancement du programme nucléaire iranien, qui prévoient que l'Iran disposera d'une capacité nucléaire d'ici l'an prochain.

"Nous ne sommes absolument pas désespérés, nous devons commencer à nous faire des alliés, isoler (Mahmoud) Ahmadinejad (le président iranien), afin d'aider les gens (en Iran) favorables à plus de modernité (...). Nous n'avons jamais réussi à offrir une alternative au peuple iranien", a encore dit M. Kouchner.

Les Occidentaux et Israël soupçonnent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique. Téhéran, soumis à des sanctions de l'ONU, dément.

Israël considère l'Iran comme son ennemi juré et la principale menace à son encontre. M. Ahmadinejad affirme régulièrement que les Etats-Unis et Israël vont disparaître et met en doute la réalité et l'ampleur de l'Holocauste.
 

Première publication : 05/10/2008

COMMENTAIRE(S)