Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

Kouchner estime qu'Israël ne cédera pas sur le nucléaire iranien

Dernière modification : 05/10/2008

Dans une interview publiée par le quotidien israélien Haaretz, le chef de la diplomatie française a estimé qu'Israël agirait contre l'Iran avant même que la République islamique ne possède sa première bombe atomique.

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a estimé qu'Israël agirait contre l'Iran avant que ce pays ne possède sa première bombe atomique, dans une interview publiée dimanche par le quotidien israélien Haaretz.

"Israël a toujours dit qu'il n'attendrait pas que la bombe (iranienne) soit prête. Je pense que les Iraniens le savent. Tout le monde le sait", a déclaré M. Kouchner. Le ministre français a également estimé que la production d'une première bombe atomique par l'Iran ne dissuaderait pas Israël d'agir.

"Je ne pense pas honnêtement que cela conférera la moindre immunité à l'Iran. En premier lieu parce que vous (les Israéliens) les frapperez avant".

Cette interview, réalisée en anglais, a été publiée peu avant que le ministre français ne rencontre dimanche à Jérusalem le Premier ministre démissionnaire Ehud Olmert, le ministre de la Défense Ehud Barak ainsi que la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, chargée de former un nouveau gouvernement.

Bernard Kouchner a rencontré samedi les dirigeants palestiniens en Cisjordanie dont le président Mahmoud Abbas.

"L'Iran doté d'une bombe atomique est tout à fait inacceptable", a ajouté Bernard Kouchner. Interrogé sur la manière d'éviter que l'Iran parvienne à ce résultat, le ministre a répondu: il faut "parler, parler, parler, en offrant un dialogue, des sanctions, des sanctions, des sanctions".

"Depuis l'élection du président (français Nicolas) Sarkozy notre stratégie est la même: des sanctions mais toujours assorties de dialogue".

Le ministre a toutefois reconnu que ce dialogue n'avait pas donné de "résultat réel" jusque-là.

"Je sais que certaines personnes en Israël et dans l'armée préparent une solution militaire, ou pas de solution mais une attaque militaire. (...) Cela ne constitue pas, selon mon opinion, une solution", a poursuivi le chef de la diplomatie française.

D'après lui, les estimations des renseignements français ne concordent pas avec ceux des renseignements israéliens sur l'état d'avancement du programme nucléaire iranien, qui prévoient que l'Iran disposera d'une capacité nucléaire d'ici l'an prochain.

"Nous ne sommes absolument pas désespérés, nous devons commencer à nous faire des alliés, isoler (Mahmoud) Ahmadinejad (le président iranien), afin d'aider les gens (en Iran) favorables à plus de modernité (...). Nous n'avons jamais réussi à offrir une alternative au peuple iranien", a encore dit M. Kouchner.

Les Occidentaux et Israël soupçonnent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique. Téhéran, soumis à des sanctions de l'ONU, dément.

Israël considère l'Iran comme son ennemi juré et la principale menace à son encontre. M. Ahmadinejad affirme régulièrement que les Etats-Unis et Israël vont disparaître et met en doute la réalité et l'ampleur de l'Holocauste.
 

Première publication : 05/10/2008

COMMENTAIRE(S)