Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

La crise menace l'équilibre du budget des organisateurs

Dernière modification : 08/10/2008

L'investissement du secteur privé dans l'organisation des Jeux de Londres est compromis par l'ampleur de la crise financière. Tous les regards se tournent maintenant vers le village olympique, estimé à 1 milliard de livres, qui est menacé.

Les organisateurs des jeux Olympiques de Londres sont contraints de revoir leurs budgets en raison de la crise financière, qui les prive d'une partie des financements privés qu'ils espéraient recevoir.
  
Le gouvernement britannique tablait sur quelque 7 milliards de livres (8,9 Mds d'euros) venant de fonds privés pour financer les JO-2012 et permettre la réhabilitation du quartier de Stratford (est de Londres) mais, les banques n'accordant plus de prêts en raison de la crise, les promoteurs peinent à trouver des financements.
  
La construction du village olympique, dont le coût est estimé à 1 milliard de livres (environ 1,3 Md d'euros) et qui hébergera 17.000 athlètes, constitue la principale source d'inquiétude puisque l'entreprise australienne Lend Lease, choisie pour ce projet, a du mal à trouver de l'argent.
  
Une étude du gouvernement publiée en juillet soulignait que le contrat passé avec Lend Lease était "considérablement affecté par le ralentissement des marchés financier et de l'immobilier depuis le début de l'année".
  
Les travaux ont déjà commencé au niveau du village olympique et le gouvernement a insisté sur le fait qu'une réorganisation budgétaire n'affecterait pas le calendrier prévu.
  
"En ce qui concerne l'organisation des Jeux, il n'y a eu pour le moment aucun impact (de la crise financière)", a expliqué un porte-parole du Comité d'organisation (LOCOG) à l'AFP. Environ la moitié du montant espéré de la part des parraineurs, soit le tiers du budget global du LOCOG, est déjà sécurisée.
  
"Nous reconnaissons tous que le climat économique est tendu mais, pour l'heure, après le succès des équipes britanniques aux jeux Olympiques et Paralympiques, nous avons reçu de nombreuses marques d'intérêt pour notre programme depuis Pékin", a-t-il ajouté.
  
Le président du Comité international olympique, Jacques Rogge, interrogé sur ce sujet en septembre, s'était lui aussi montré optimiste.
  
"Les autorités chargées de la construction pour les Jeux (de Londres) cherchent de nouvelles sources de financement mais le dernier rapport que nous avons eu montre qu'elles devraient réussir à trouver des fonds", avait-il affirmé.

Première publication : 08/10/2008

COMMENTAIRE(S)