Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Charlie Hebdo : la caricature et l’humour six mois après

En savoir plus

DÉBAT

Référendum en Grèce : nouveau rapport de force avec l'Union européenne

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Pakistan exécute à tour de bras

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grexit : "La balle est dans le camp des créanciers"

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Après le referendum, un "Grexit" est-il inévitable ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grexit : "En finir, vite !"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Nous continuerons les négociations avec la Grèce"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : l'Afrique de l'Est réclame un nouveau report, des généraux menacent le président

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Grèce : après la victoire, Tsipras sacrifie Varoufakis

En savoir plus

Rebond des Bourses après une journée noire

Dernière modification : 09/10/2008

Les places européennes ont ouvert en hausse, au lendemain d'une journée catastrophique. À Paris, le CAC 40 a bondi de 2,09%, tandis que le Footsie-100 à Londres et le Dax à Francfort ont respectivement progressé de 1,48% et 0,81%.

Lire également notre dossier : "Le capitalisme mondial sur la sellette"

 

La Bourse de Paris rebondissait jeudi matin, le CAC 40 progressant de 2,09% lors des premiers échanges, au lendemain d'une journée calamiteuse malgré l'annonce de baisses de taux par sept grandes banques centrales.
   
A 09H05, l'indice vedette gagnait 73,22 points à 3.570,11 points. Il avait connu une nouvelle débâcle mercredi (-6,31%), après une chute historique lundi (-9,04%).

La Bourse de Londres a ouvert en nette hausse, l'indice vedette Footsie-100 regagnant 64,74 points, soit 1,48% par rapport à la clôture de mercredi, à 4.431,43 points. L'indice vedette Dax de la Bourse de Francfort a  progessé de 0,81% à 5.054,09 points, après une baisse de près de 6% la veille.
   
L'annonce d'une baisse des taux simultanée de sept grandes banques centrales, dont la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE), n'avait pas suffi à rassurer mercredi des investisseurs affolés par les développements de la crise financière et ses répercussions économiques.
   
Le Fonds monétaire international (FMI) avait contribué à déprimer les marchés: dans son rapport semestriel, il prédit pour 2009 la récession aux Etats-Unis et une croissance quasi-nulle, voire négative, aux grandes économies européennes.
 

Première publication : 09/10/2008

COMMENTAIRE(S)