Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

Rebond des Bourses après une journée noire

Dernière modification : 09/10/2008

Les places européennes ont ouvert en hausse, au lendemain d'une journée catastrophique. À Paris, le CAC 40 a bondi de 2,09%, tandis que le Footsie-100 à Londres et le Dax à Francfort ont respectivement progressé de 1,48% et 0,81%.

Lire également notre dossier : "Le capitalisme mondial sur la sellette"

 

La Bourse de Paris rebondissait jeudi matin, le CAC 40 progressant de 2,09% lors des premiers échanges, au lendemain d'une journée calamiteuse malgré l'annonce de baisses de taux par sept grandes banques centrales.
   
A 09H05, l'indice vedette gagnait 73,22 points à 3.570,11 points. Il avait connu une nouvelle débâcle mercredi (-6,31%), après une chute historique lundi (-9,04%).

La Bourse de Londres a ouvert en nette hausse, l'indice vedette Footsie-100 regagnant 64,74 points, soit 1,48% par rapport à la clôture de mercredi, à 4.431,43 points. L'indice vedette Dax de la Bourse de Francfort a  progessé de 0,81% à 5.054,09 points, après une baisse de près de 6% la veille.
   
L'annonce d'une baisse des taux simultanée de sept grandes banques centrales, dont la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE), n'avait pas suffi à rassurer mercredi des investisseurs affolés par les développements de la crise financière et ses répercussions économiques.
   
Le Fonds monétaire international (FMI) avait contribué à déprimer les marchés: dans son rapport semestriel, il prédit pour 2009 la récession aux Etats-Unis et une croissance quasi-nulle, voire négative, aux grandes économies européennes.
 

Première publication : 09/10/2008

COMMENTAIRE(S)