Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

La SNCF pénètre le marché ferroviaire italien

Dernière modification : 09/10/2008

En s'alliant avec NTV, premier opérateur privé italien, la SNCF consolide sa position sur le marché ferroviaire européen du transport passager. L'accord entre les deux opérateurs devrait être officialisé rapidement.

 La SNCF devrait prendre 20% du capital de l'italien NTV, premier opérateur privé transalpin, et devenir opérateur ferroviaire en Italie, selon Les Echos.
 
Le quotidien économique explique jeudi que cette opération, au détriment du groupe allemand Deutsche Bahn, lui aussi
candidat, se monterait à environ 80 millions d'euros.
 
Cet accord a été validé par les conseils d'administration de la SNCF et de NTV mercredi soir et pourrait être officialisé ce jeudi, précise Les Echos. 

Pour le quotidien, ce mouvement d'envergure - qui ouvre les hostilités pour la consolidation du transport ferroviaire de passagers en Europe - traduit les ambitions de Guillaume Pepy, le président de la SNCF, qui entend assurer un tiers de la croissance de la compagnie à l'horizon 2012 à travers des acquisitions.

Première publication : 09/10/2008

COMMENTAIRE(S)